l'ange Michael
Bienvenue sur le forum de l'ange Michael
enregistrez vous et venez vite nous rejoindre

n'oubliez pas de vous présenter Wink... merci

L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:21

Chapitre 25 : La tournée Victory


Au début des années 80, je pensais encore envoyer mes garçons en tournée. Je rêvais toujours de voyager avec eux en Afrique. J’ai donc commencé à demander qui pourrait organiser une telle tournée. Après un moment, on m’a dit qu’il fallait que je contacte le célèbre promoteur de boxe Don King. Bientôt, je recevais une invitation pour une fête pour la presse que Don avait arrangée en l’honneur de certains combats.
Je n’oublierais jamais la rencontre avec Don ce soir là. Il était habillé en smoking noir et chemise blanche. Quand je me suis approché de la salle, j’entendais déjà de loin sa voix. Il était assis sur la table, entre ses doigts miroitaient des diamants, il tenait un cigare épais. Il m’a fait une forte impression.
Après ça, j’ai considéré une tournée à travers l’Afrique encore plus intensive, mais pour faire quelque chose comme ça, il fallait avoir une opportunité de la financer. Donc durant plusieurs sessions, j’ai développé une idée – emmener toute la famille Jackson à la télé, performer pour avancer pas seulement Michael, dont la carrière se développait grossièrement, mais aussi tout mes autres enfants, qui ne lui avaient pas céder leurs talents. Aussi, pour le premier projet que tous mes autres fils devaient développer, pour lequel l’aide de Michael n’était pas nécessaire.
J’ai continué à rassembler les idées, comment nous pourrions faire pour que cette tournée se réalise puisque j’avais compris, que certains de mes garçons avaient urgemment besoin de l’argent qu’ils pourraient en gagner. Et j’ai toujours voulu aider mes fils.
Une autre idée qui me préoccupait à cette époque, était mon désir d’aider Latoya à écrire un second album, et je cherchais le bon producteur. En même temps je continuais à être le manager des Jackson, et nous étions constamment sur la route. "Thriller" venait juste de sortir,et je devais faire attention à un tas de choses. De toute façon, j'ai passé essentiellement plus de temps au travail qu'à la maison.

Je tenais alors deux compagnies : Joseph Jackson Productions et Joseph Jackson Management Les garçons et Latoya avaient un contrat avec Joseph Jackson Management, et Janet avec Joseph Jackson Productions.
Quand А&M Records donna une avance de paiement à Janet pour le second album, ma compagnie pouvait payer librement pour Janet et on a aussi quitté certains comptes. J’ai eu seulement une toute petite pause car immédiatement après, je me suis concentré sur la tournée. Cependant, pour cela, je devais discuter avec Don King.
Mes personnes et moi, avons commencé à développer divers concepts. Bientôt ils seraient prêts, et je pourrais nommer des sessions avec les avocats et les conseillers financiers pour mes fils. Ensemble, nous avions développé un plan, mais malheureusement, nous avons découvert, que nous avions une sérieuse raison de nous inquiéter. La dernière tournée des frères Jackson n’avait pas apporté autant que ce qui avait été prévu. Bien qu’elle fusse aussi un succès, au final chacun de mes fils reçurent plutôt une petite somme. Néanmoins, avec la nouvelle tournée, mes garçons devaient recevoir autant d’argent qu’ils le méritaient. Et le nouveau plan ne convenait pas précisément à cela.

Don et moi nous étions mis d’accord pour 100 millions de dollars pour la tournée Victory. Cela incluait 40 concerts. Mes fils n’ont cependant, pas réussi à persuader tous leurs avocats et par conséquent, l’affaire n’a pas marché. (Plus tard ils sont partis en tournée pour moins d’argent).
En même temps, quand nous nous creusions la tête sur le développement de la tournée, Michael commençait à promouvoir le single"Billie Jean", sorti de son nouvel album "Thriller". Pour des raisons pas très claires pour moi, sa maison de disques de croyait pas que le succès de "Off The Wall" pouvait être répété, et oubliait de viser le sommet. Mais je savais que "Thriller" était un disque magnifique, et de façon inattendue pour la maison de disque, le public en est devenu dingue.
Maintenant je devais vraiment trouver quelqu’un qui promouvrait notre tournée. Parmi tous nos plans pour la tournée, un a été fait par le promoteur de concerts célèbre Bill Graham et son associé Frank Russo.
Russo et moi nous aimions l’un l’autre, et tout d’abord, il aimait mes fils. Mais Chuck Sullivan qui avait travaillé avec Don, ne pouvait pas le supporter, et c’était difficile – d’organiser la tournée avec deux personnes fortes comme cela se faisant face. C'est pourquoi rien n'en est sorti.
J’ai fait un choix au bénéfice de Don King. Beaucoup de gens critiquaient ma décision, ils considéraient que Don était bon en tant que créateur de duels de boxe, mais qu’il n’avait aucune expérience dans le show business. Même chose pour Chuck Sullivan. Un des avocats de mes fils avait exprimé son opinion, qu’il savait comment organiser les matchs de football mais jamais auparavant n’avait fait affaire pour des concerts. Mais pour moi c’était la même chose. Un commerçant est un commerçant, il peut vendre n’importe quoi que vous aimez. Et la tâche pour un promoteur n’a rien à voir avec l’action dont nous parlons – remplir les salles. Nous sommes donc devenus partenaires et nous avons ensemble mis sur pied la tournée Victory. Et vous savez quoi ? Il s’est avéré que j’avais raison. Don décrochait le téléphone et travaillait jours et nuits, sept jours par semaine, pour remplir les salles de concert dans chaque ville.
Au résultat, nous avons gagné beaucoup d’argent sur cette tournée, mais nous avons aussi eu beaucoup de problèmes. Organiser cette tournée fut une tâche difficile. Je voulais parler à mes fils et parfois certains d’entre eux demandaient plus d’argent. De plus Michael fut épuisé.
Il travaillait alors terriblement beaucoup, mais Michel est en fait un drogué du travail. Il travaille constamment sur la musique et les danses. D’ailleurs, il est l’un des meilleurs artistes au monde - et en tant que père, j'oserai même assumer qu’il est le meilleur - il est toujours impliqué dans la danse tous les dimanches pendant trois heures. Bien sûr nous voulions vraiment qu’il accompagne ses frères sur cette tournée.

Durant la préparation de cette tournée, il y eut une rumeur, que les Jackson se feraient une fortune de cette tournée. C’est pourquoi, différentes sortes de types étaient prostré à nos portes et essayaient de prendre quelque chose pour eux. Don et moi n’avions pas le temps de nous protéger.
Don avait vite remarqué, que cette tournée demanderait toute son attention, et il ne pouvait pas s’engager dans des combats en parallèle. Malgré sa participation et son aide, la presse l’a furieusement attaqué.
Ils n’ont pas hésité à le détruire par tous les moyens, et au début ils voulaient détruire la bonne réputation de l’homme d’affaire. Les journalistes disaient qu’il avait été condamné pour meurtre dans les combats, et ils ont fait sensation avec ça. Je savais cela bien avant que la presse le découvre. Et j’avais prévu qu’il serait attaqué de cette manière et qu’il pouvait perdre son travail – nous parlons de millions ici.
Selon ses dires, Don avait, il y a longtemps, prêté de l’argent à un type, mais n’avait rien reçu en retour. Quand il a commencé à parler de cela avec lui, il a commencé à se disputer, ce qui a fini en bataille. Don a tué la personne, mais ce n’était pas son intention. Évidemment, le tribunal pensait cela aussi, en fait ils l’ont arrêté simplement pour meurtre, au lieu d’un meurtre délibéré sans circonstance atténuante. Sans compter que Don n’avait pas frappé le premier, et à mon avis, c’était un cas classique d'autodéfense.
Don a été très affecté par cette histoire qui s’est mal fini, et il m’a dit, qu’il avait alors juré qu’à l’avenir qu’il ne résoudrais des disputes similaires qu’avec l’aide des mots et jamais les poings. Et il en a fait le serment.
Mais ces gens qui enviaient le fait qu’il travaille comme le promoteur de nos concerts, devaient en réalité inventer quelque chose pour le remplacer, et ils avaient conçu cela. Don le criminel, et avaient persuadé Michael de ne pas aller en tournée avec nous tant que Don y participait. Ils avaient présenté toute l'histoire de manière déformée, et pour la première fois j’ai compris qu’elle force la presse avait.

J’ai mené une conversation avec mon fils et je lui ai expliqué avec quelle acharnement ces gens avait détruit la réputation de Don, et qu’il devait penser combien c’était important pour les Jackson de participer à cette tournée. Michael est pareil que moi. Il n’accepte pas les décisions précipitées, il a beaucoup réfléchi à mes propos et finalement a décidé de se joindre à nous. J'ai simplement soupiré. Je n'ai jamais dit à Michael combien cela importait pour moi, j'espère qu’il lit ces lignes.
Evidemment, j’ai compris que cette tournée fut lourde pour Michael, aussi bien physiquement que mentalement. Il est devenu trop fatigué, simplement émacié, parce que sa carrière extrêmement réussie avait pris tout son temps. Les ventes de ses albums avaient cassé tous les records, et il avait assisté à d’innombrables réunions d'affaires.
Mais Michael est fort, il pouvait faire toutes ces obligations et ne pas se sentir faible. L’énorme stress affectait aussi sa vie privée (je sais qu‘il aurait avec plaisir eu plus de temps libre pour rencontrer des femmes), mais néanmoins, il apparaissait à l’heure à toutes les réunions qui étaient programmées par la maison de disques, et il prenait aussi part dans l’une des plus intenses tournées de l’histoire de musique américaine.
Il est impossible de décrire combien j’étais heureux d’avoir réuni tous mes fils pour la tournée Victory. Pour moi, c’était quelque chose comme ma victoire personnelle car j’ai tellement travaillé dessus, et maintenant Michael avait accepté de venir avec nous. Que pouvais je demander de plus ?
Je suis aussi reconnaissant envers mon fils Jermaine pour son aide. Il a approuvé que Don soit notre promoteur et coopéra de près avec moi. Michael était trop occupé pour nous soutenir, mais Jermaine qui travaillait dur sur sa carrière solo, a trouvé le temps de créer quelque chose d’inhabituel pour lui et ses frères. J’espère, qu’ils sont reconnaissants envers lui, en fait il a particulièrement promu le succès de cette tournée.

À l’origine, je voulais voir la famille entière à cette tournée, mes filles aussi, mais cela a malheureusement échoué. Janet et Latoya travaillaient alors sur des enregistrements, et je pensais qu’elles viendraient avec plaisir avec nous. Mais ensuite, quelqu’un m’a pris la tête, comme quoi au lieu de Janet, Stacy Lattisaw performerait. Je ne pouvais pas le comprendre. Certains frères, que je nommerais pas ici, ne voulaient pas voir leurs propres sœurs près d’eux. Bien que Don, ma femme Katherine et moi, étions du côté de Janet, nous n’avons pas pu convaincre les garçons.
Stacy était peut être une bonne chanteuse, mais elle n’était pas de notre famille, et malgré un début prometteur, au résultat elle n’a pas justifié les espoirs que l’on avait mis sur elle. Pour le contraste, regardez Janet, ce qu’elle a accompli aujourd’hui ! Mais Janet était encore inconnue, j’ai pu la persuader autant que je voulais – ses frères ne voulait pas la soutenir.
Je crois que Janet fut profondément offensée, Latoya ne l’a pas montré, mais elle aussi, fut offensée.
Cependant les deux filles furent très professionnelles. Elles surmontèrent la déception et continuèrent à travailler sur leurs albums.

Après que la dispute fut arrangée, un autre problème apparu. Des conseillers de mes fils ont demandé que Don, s’il voulait aller plus loin dans l’engagement de notre tournée, devait leurs apportés trois millions de dollars d’avance, ou bien il ne pourrait pas continuer. Ils avaient inventé ce plan parce qu'ils ne croyaient pas que Don pourrait obtenir une telle somme.
Probablement, quelqu’un a été très surpris, quand Don a présenté la somme le jour suivant ! Il croyait tellement au succès de notre tournée qu’il avait fait un crédit à la banque Chase Manhattan. Mon associé m’a appelé pour m’informer que Don avait l’argent et voulait signer le contrat à l’hôtel Beverly Wilshire. Quelle journée !
Mais ce n’était que le début. Avec Don, nous avions déjà planifié nos étapes suivantes. Nous avions décidé que Pepsi Cola devait devenir le sponsor de la tournée. Maintenant que tout allait bien mais avant nous, personne encore n’avait réussi à avoir le soutien d’une telle entreprise. Au moins pas de la même taille. Pepsi a probablement pensé que nous étions psychosés quand nous sommes arrivés et avons demandé cinq millions de dollars. De plus, Don qui aimait impressionner, est arrivé en limousine blanche et il avait un manteau de fourrure en vison blanc jusqu’aux orteils – de quoi être abasourdi !
En considérant maintenant ces événements, tout semble très simple et logique mais alors le sponsor d'une telle échelle à des actions musicales était quelque chose d'absolument inhabituel et personne n’avait confiance, que Don et moi puissions réaliser nos plans. On nous a considérés simplement comme des perdants. Mais j'avais toujours la tête sur les épaules, déjà quand à Gary je rêvais de faire de mes enfants des célébrités, j’avais l’habitude d’être considéré comme un fou. Je n'ai pas perdu courage - si j'avais conçu quelque chose, je ne calmais pas tant que je ne l’avais pas réalisé. Heureusement, Don King était comme moi, nous étions une bonne équipe.
De toute façon, nous avons conclu cette transaction, et c’était probablement la plus grande transaction avec un sponsor dans l’histoire de la musique américaine. Je suis conscient que je n’ai pas besoin d’ajouter que durant la tournée, les Jackson ont apporté à la compagnie une solide augmentation de leurs profits.

Beaucoup essayèrent de nous réduire car ils voulaient eux-même de se faire de l’argent sur la tournée Victory. Ce qu’ils ont seulement essayé de faire, mais par la suite tous leurs dispositifs sont devenus de mauvaises plaisanteries.
Par exemple, les avocats ont envoyé une lettre à Don dans laquelle on lui interdisait de parler à mes fils. En même temps, Katherine et moi reçurent un papier officiel dans lequel nous étions autorisés de parler à nos garçons (car les enfants voulaient en fait que nous allions plus loin dans l’engagement de cette tournée).
Vous imaginez cela ?
Un obstacle de plus est apparu. La personne qui dirigeait beaucoup de grands stades aux États-Unis, a soudainement exigé un demi million de dollars d'un paiement par avance, pour que les Jackson puissent performer sur ces stades. Puisque nous voulions évidemment, qu’ils performent dans les grandes villes où tout le monde pouvait les voir, il fallait payer à contrecoeur - cette fois, cela a été fait par mes fils.
Le 6 juillet 1984, la tournée Victory a finalement commencé. Le premier concert a eu lieu à Kansas-city, au stade Arrowhead, devant trois mille fans criant et sifflant.

Au début du show, sur scène, sont entrées des énormes créations d’horreurs - Cretons, ils ressemblaient aux aliens du film " Les autres". Leurs apparitions étaient accompagnées par une sinistre musique. Ils étaient tellement laids et inspiraient une telle peur, que les petits enfants commencèrent à crier – même mes petits enfants étaient effrayés.
Sur une pierre posée sur la scène, ils ont pris une épée qui avait été recouverte de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Une voix grave a déclaré par haut-parleur, que "le premier qui retirera cette épée, règnera de longues années. Mais qui le fera ? ". Un par un, les membres de notre équipe vinrent, habillés comme des chevaliers, et essayèrent de retirer l'arme, mais ce n'était possible pour personne.
Enfin, Randy s'est approché de la pierre et quand il retiré l'épée sans effort, l'épée a commencé à miroiter. Il l'a prise et a tué les cretons qui voulaient l'attaquer. Alors, il est monté sur la pierre et a hurlé : « Que tout le monde se lève pour la protection du royaume ».
Toute la scène s'est transformée en vaisseau spatial. Elle est devenue sombre pendant un petit moment, après la salle fut remplie par une lumière lumineuse, et en profondeur, la plate-forme sur laquelle il était possible de distinguer schématiquement cinq figures, s'est lentement levée.

Un par un, ils ont descendus les escaliers et quand ils se sont tenus sur scène, leurs visages aussi étaient illuminés, ainsi les spectateurs pouvaient découvrir qui étaient devant eux. Mes garçons ont enlevé leurs lunettes de soleil et se tenaient là, habillés dans des uniformes futuristes bariolés. La foule faisait rage pendant tout ce temps, j'avais donc peur qu’ils cassent la scène.
Pendant que la foule sifflait et criait toujours, la musique devint absolument silencieuse. Le silence est venu et alors chaque frère a levé une main. Et soudain – Baam ! – la musique les rejoignit, et les Jackson commencèrent avec "Wanna be startin 'somethin' ". Les spectateurs rageaient et criaient encore plus fort qu’avant. La chanson suivante fut "The things I do for you". Durant la chanson, Randy dansait et performait en solo.
Après la version rapide de "Off the wall", Michael chanta son tube "Human nature", puis les tubes des Jackson :
" Heartbreak hotel " a suivi. Quand Michael chanta "She’s out of my life", c’est devenu un petit peu plus calme. Sur "Let’s get serious ", tous les Jackson performèrent. Jermaine chantait et jouait de la basse. Randy, durant son numéro, jouait des clés et Tito jouait comme toujours de la guitare. Puis Jermaine chanta la chanson suivante qu’il avait consacrée à Jackie : il ne pouvait malheureusement pas participer à cause d’une blessure au genou. Puis ce fut "Tell me I’m not dreamin' ", ainsi Michael a laissé le second refrain et chanta ensemble avec Jermaine. Leurs voix s’harmonisaient merveilleusement bien les unes aux autres.

Puis, tous les frères commencèrent à chanter le pot-pourri des Jackson 5. Probablement, parmi le public, il y avait beaucoup de gens adultes, car leur plaisir était énorme, et beaucoup chantaient en même temps. Après plusieurs tubes, "I want you back ", " The love you save (may be your own) ", et "I’ll be there", il y eut une petite pause, et ils sont sortis de scène pour changer leurs vêtements. Bientôt, ils apparurent encore, Michael en costume brillant de survivant de l'espace et Randy en chemise courte sans manche, et ils chantèrent, après que l’audience l’ai fortement demandé : "(You got me) Working day and night ".

Au numéro suivant, une énorme araignée sur les appareils électroniques est venue sur la scène, et a essayé de manger Michael. L'araignée est montée sur lui, Michael a voulu lui échapper, mais l'araignée l'a capturé avec ses pattes. Il est ensuite retourné de nouveau sur la plate-forme, et Michael est resté étendu sur scène comme mort. Ils l'ont soulevé sur une table, couvert d’un drap, et il a disparu comme par magie. Et en quelques secondes, il se tenait sur scène, cette fois en rouge - veste argentée, et chanta avec ses frères "Beat it ",
Et Eddie Van Halen les a rejoint avec sa guitare.
Puis Michael mit sa veste noire et le chapeau noir pour chanter " Billie Jean ". Il a aussi exécuté le moonwalk qui est devenu célèbre. Michael a fini la chanson avec plusieurs tours et sauts – un signe pour le groupe de commencer à chanter "Shake your body ". Marlon s’est approché du bord de la scène et a crié à la foule « Qu’est ce qu’il y a au dessus ? » et les a incités à taper dans leurs mains au-dessus de leur tête.
Le show a fini là dessus. Mes garçons se sont serrés et ont dit au revoir. Puis, un par un, ils ont quitté la scène.

À notre plaisir, les revues étaient excellentes. Nous adorons ce genre de presse. Durant les cinq mois suivants, les Jackson voyagèrent partout aux États-Unis. Jackie, bien qu’ayant répété ensemble avec ses frères, ne pouvait néanmoins pas participer aux concerts qui restaient, à cause de la blessure. Le dernier show a été donné à Los Angeles, au stade Dodger. Six concerts, un par un, se sont vendus.
Sur un des concerts à Los Angeles, la pluie tombait comme d’un seau, mais aucun fan, ni les Jackson ne voyaient rien – peu importe, le show continuait, et tous les spectateurs sont restés assis à leur place.
Chaque soir après le concert, étaient préparés de magnifiques feux d’artifice au-dessus du stade.
Don, Katherine et moi, tout ce temps, étions là et prenons soin que nos garçons soient payés pour leur travail. Durant la tournée Victory, ils gagnèrent plus que jamais dans leur vie. Pour moi, cette tournée symbolise l’association de tous les frères Jackson. C’était toujours mon rêve le plus cher : voir mes enfants ensemble sur scène.
Bien sûr, c’était difficile de faire face à une telle tournée. La gestion du concert – ce n’est pas pour les débutants dans ce business. Mais j’ai organisé en temps voulu tant de tournées, que je savais comment surmonter ce terrible stress. Tout le monde ne peut pas faire face à ça immédiatement. C’était donc très intense.
Mais il y avait aussi de bons moments, comme par exemple à Chicago quand les Chi-Lites (groupe de musique soul) sont venus vers nous dans les coulisses. Cette visite a ravivé beaucoup de vieux souvenirs sur la manière dont les Jackson 5 avait commencé. J'étais très heureux de les voir.
Vers la fin de la tournée, les Jackson se sont adressés à plus de deux millions de fans, et nous avons établi un nouveau record parce que nous avions reçu plus de 50 millions de dollars.
J’aurais continué avec plaisir la tournée Victory à l'étranger, et par la suite nous avons pour cela répété pendant trois mois.

Mais plus tard Michael partit en tournée mondiale tout seul. Au lieu de ses frères, il avait employé des autres musiciens et, bien qu’ils dansaient comme les Jackson, ce n’était pas la même chose. La grosse différence était qu’il ne dansait pas sur scène avec ses frères. Le show n’était donc aussi bon, même de loin, qu’aux USA car les Jackson sont magnifiques seulement quand ils performent ensemble. Je voulais tellement voir Michael, Jermaine, Jackie, Tito, Randy et Marlon quand ils performaient ensemble. Mais Michael l’a de toute façon, faite tout seul, ce que je considère comme malhonnête de sa part, car au final il a modéré les États unis avec ses frères. Mais Michael performa aussi bien qu’il pouvait.
Je voulais toujours voir mes enfants performer ensemble dans le monde entier. Ils doivent comprendre que la famille est la plus importante dans la vie. Vos frères et sœurs seront toujours vos frères et sœurs, et vos parents resteront à jamais vos parents. Les autres personnes viennent et partent, mais la famille reste.

J’aimerais parler un peu de Pepsi Cola et de la publicité en rollers qu’ils ont faite avec Michael. À l’origine, avec Don, nous avions réussi à avoir la transaction pour tous les garçons, ajoutée au sponsor de la tournée. Tous mes garçons avaient des publicités à faire pour l’entreprise. Pour certaines raisons, mes fils n’ont pas pu aboutir à un accord entre eux, et au final la publicité a été faite seulement par Michael. Et il a gagné plus d’argent avec ça qu’un artiste n’a jamais gagné. Je ne peux pas vous dire ici combien il a reçu pour cela, mais ce serait une fortune à ces temps-ci. Depuis lors, d'autres artistes ont aussi gagné beaucoup d’argent pour de la publicité, mais Michael était le premier à avoir gagné une telle somme. Michael et la transaction Pepsi sont entrés dans l’histoire.

N’oubliez pas que j’ai toujours été le manager de mes garçons, pendant plus de vingts ans, au début des Jackson 5, puis des Jackson. Depuis les premières répétitions à Gary, en 1962, quand nous avons signé notre premier contrat avec Steeltown, le second contrat avec Motown, et le troisième avec Epic, j’étais leur manager.
J’ai fait répété Jermaine, Tito et Jackie depuis 1962, et en 1964, Michael et Marlon ont rejoint le groupe. Trois ans en pleine montée en 1967, les garçons et moi avons travaillé dur, jusqu’à ce qu’ils signent finalement le contrat avec Steeltown. Et j’étais présent à chaque enregistrement et chaque chanson à Motown de 1969 à 1975. J’ai accompagné et dirigé des sessions de centaines d’enregistrements.
Depuis 1963, j’ai été de villes en villes avec mes fils, d’États en États et plus tard, de pays en pays. En tant que manager, je veillais à ce qu’ils répètent les bases régulièrement, que leurs costumes soient prêts et qu’ils soient toujours à temps pour tout
Quand ils étaient encore mineurs, je manageais les procédures et leur mettais de l’argent, ou investissais dans l’immobilier. J’ai passé beaucoup d’heures sur les routes à accompagner mes fils sur chaque performance, et pris soins qu’ils reviennent à temps à l’hôtel. Je ne permettais pas à mes enfants de marcher tous seuls la nuit le long des rues.
Sous ma gestion, ils ont écrit six chansons pour Steeltown, en tant que Jackson 5, environ treize albums pour Motown – en général il y en a plus de vingts si vous comptez toutes les collections et anthologies - et six albums pour Epic en tant que Jackson.
J’ai aussi travaillé pour Michael comme manager, et plus tard comme co-manager sur ses huit premiers enregistrements, "Off The Wall" et "Thriller" inclus.
J’ai été le manager de Jermaine sur ses deux premiers albums solos, Jackie et Janet pour leurs premiers albums. (Les quatre premiers albums de Janet furent réalisés sous mon management) et sur les trois premiers enregistrements de Latoya. Et j’ai aidé Rebbie avec sa production.
Je ne peux pas compter combien de shows et de tournées nous avons faits. Comme manager de mes enfants, j’ai visité le monde entier avec eux. Pendant plus de vingts ans de ma vie, j’ai mené les affaires des Jackson. Mon contrat de manager s’est officiellement terminé à l’été 1983, mais malgré cela, à l’été 1984, j’ai mis sur pied la tournée Victory. Ma famille et moi, nous écrivions l’histoire de la musique.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:23

Chapitre 26 : La carrière de Janet


Janet avait un grand talent pour la comédie depuis l’enfance. Après avoir eu un gros succès avec son talent comique à l’age de sept ans à Las Vegas, elle reçut à maintes reprises des opportunités pour jouer.
Je suis devenu ami avec le fondateur de la série télé : "Good times", et nous marchions souvent avec lui le soir, sur ses vignobles près de Santa Barbara (où Michael emménagera plus tard). Puis je chargeai mon associé de discuter avec le producteur du show, Norman Lear, pour qu’il rencontre Janet. Norman, l'expert qualifié dans l'industrie cinématographique, qui durant sa carrière, a vu de nombreux talents, fut étonné par Janet, 10 ans, et lui donna le rôle de Penny dans "Good times".
Après cela, elle fut filmée dans "A new kind of a family", et plus tard, dans "Diff'rent strokes".
Janet était une magnifique petite actrice, et avec le temps elle devint meilleure. J’espérais beaucoup qu’à l’avenir, elle travaille plutôt dans cette branche car elle était très bonne dans ce show télé, et ses vidéos ressemblaient plus à des petits films. Toute la famille aimait voir Janet l’actrice à la télé, mais il y avait un problème, cela prenait trop de temps.

Grâce à nos shows à Las Vegas et à ses performances télé, Janet devint connue. Elle apparut dans de nombreux shows télé spéciaux sur les présentations des awards et fut filmée dans des publicités télé.
Je l’ai observée pendant de nombreuses années, c’est pourquoi je savais qu’elle avait une belle voix. Vous devinez déjà probablement ce que j’allais faire.
Une fois que j’ai eu choisi le bon moment et que je lui ai dit : « Janet, tu devrais essayer de chanter », elle n’a pas répondu immédiatement, j’ai donc continué : « que dirais tu si nous essayions d’enregistrer quelques chansons au studio et après nous en sortirions des démos ? »
Janet a haussé les épaules. « Oui, je…..je peux en fait essayer. » a t’elle répondu avec une silencieuse petite voix.
Elle était encore adolescente et c’est clair qu’elle n’a pas commencé à hurler de joie. Mais j’étais confiant, que pour elle, c’était mieux d’entrer immédiatement dans ce show business là, comme il est mieux de sauter immédiatement dans l’eau froide au lieu d’entrer lentement, et j’ai décidé d’enregistrer une démo avec elle.
J’ai choisi quelques chansons pour elle, rencontré un camarade de la maison de disques avec lequel j’étais familier, et je lui ai parlé de mes intentions. « Ok » m’a t’il dit, « si tu apportes l’enregistrement, je l’écouterais ».
Après cela, j’ai enregistré trois chansons avec Janet et je les ai données à cette personne. Je l’ai fermement observé quand il a mis la bande. Quand la voix de Janet fut audible, il commença à sourire, et j’ai compris qu'il aimait, soit la façon de chanter de Janet, soit les chansons elles-mêmes, ou les deux. Il a alors écouté la bande encore une fois puis il l’a arrêtée.
« Ok, Joe », m’a t-il dit. « Nous signerons un contrat avec elle ».
Puis il m’a demandé ce que je voulais pour elle. Une "affaire de production" j’ai répondu.
« Ok, laisse ton avocat rencontrer les nôtres et ils développeront quelque chose ensemble » a t-il déclaré.
J’avais "Joseph Jackson Productions". Puisque que Janet avait le contrat avec moi, j’ai chargé mes avocats de signer cette affaire par ma compagnie. Et c’est ce qui s’est passé. L’affaire fût faite avec la compagnie A&M et sur les enregistrements de Janet que nous avons produits, vous pouvez voir la marque déposée "Joseph Jackson Productions" en forme de diamant.

Mais avant que A&M apparaisse, nous devions travailler dur avec Janet. Katherine et moi avons fait beaucoup pour promouvoir la carrière de Janet dans le show-business. J’ai mis sur elle tellement d’argent et de temps et je considérais sérieusement que cela pouvait l’aider pour sa promotion.
J’ai alors réussi à lui obtenir un premier contrat d’enregistrement. Quand, en 1982, elle eut fini l’école, son premier album avait déjà été enregistré.
Ensuite, j’ai vu à la télé un show appelé "Fame". J’ai pensé que c’était probablement une bonne idée – de parler avec le producteur du show et de lui suggérer d’insérer les chansons de Janet dedans. Le show était émis dans le monde entier et il aurait, de toute façon, influé positivement sur la vente de disques. De plus les chansons sur l’album de Janet étaient bonnes.
J’ai donc parlé au producteur. Il a aimé mon idée, et nous a donnés une chance de faire de Janet une star internationale.
Ensuite j’ai informé la maison de disque de mon idée. Eux aussi furent ravis, et nous fument acceptés dans le show business. Les ventes furent phénoménales. J’aimais voir Janet danser sur scène. Elle avait juste enregistré son premier album, et on pouvait la voir à la télé partout dans le monde.

Paula Abdul, a une fois prétendu qu’elle était celle qui avait enseigné à danser à Janet. Ensemble avec mon fils Jackie, Paula développa une chorégraphie pour une des vidéos de Janet. Cette vidéo reçut un MTV award pour la meilleure chorégraphie (c’était au milieu des années 80). Paula fut si heureuse de l’award, qu’elle sauta de joie quand son nom fut prononcé sur la scène de l’"Universal Amphitheater". Après cela, l’agent de Paula, July, reçut de nombreuses invitations, et j’étais heureux pour Paula.
Je me souviens encore que nous avions une fois parlé, et elle m’avait demandé comment je pensais qu’elle devait construire sa carrière. Je lui ai répondue : « Paula, tu devrais essayer d’être chanteuse ».
Evidemment, elle y avait pensé et avait signé son propre contrat avec Virgin. C’est agréable pour moi de réaliser que notre famille a inspiré Paula, l’a même probablement aidée.
Il m’a donc semblé effronté de sa part quand elle a dit qu’elle était celle qui avait appris à Janet à danser. Il est impossible de dire cela ! Un peu de chorégraphie pour une vidéo et une réelle leçon de danse – ce sont deux choses différentes. Janet n’était, de toute façon, pas très heureuse quand elle a lu la déclaration de Paula dans la presse. Et je pensais personnellement que Paula était allée trop loin.

Parmi nos premières photos de famille, il y en a une sur laquelle Janet a environ trois ans, elle observe ses frères au studio. Depuis sa naissance, elle était présente aux répétitions des garçons et comme elle est bonne observatrice, elle a certainement appris d’eux. Elle a aussi commencé tôt à jouer - à Las Vegas elle avait en fait seulement sept ans. Elle pouvait déjà danser quand elle était encore bébé, elle a grandi avec, comme Michael. Katherine raconte encore maintenant une histoire à propos de Michael, se tenant devant la machine à laver avec un biberon à la main et bougeant sur le rythme. En aucun cas, un étranger aurait appris à danser à Janet, elle l’a fait par elle-même.

Malgré qu’elle ait eu de bonnes performances dans "Fame", après un moment, elle voulut faire quelque chose d’autre. Probablement, quelqu’un d’extérieur à la famille l’avait persuadée de quitter le show. Je pensais que c’était une erreur qu’elle le quitte, mais je ne pouvais pas empêcher cela. De plus, cette série avait fait beaucoup pour elle, et elle s’était beaucoup donnée dedans. Et elle était très belle dans "Fame".
Il y a un épisode ou Janet chante "Dream street", une chanson à propos de son objectif et de devenir une star.
Toute personne l’ayant vue, avait compris, combien elle était talentueuse. Elle avait inclus toute son âme dans sa jolie voix.
Janet travaillait beaucoup pour promouvoir son premier album. Elle faisait des promotions – campagnes à travers le monde, et je considérais le style R&B. Les Jackson 5 avaient eu du succès avec cela et cela pouvait être un bon début pour Janet. Evidemment, Janet devrait chanter des chansons que tout le monde aimerait. Mais ce serait mieux, si elle s’adressait à une audience noire avec sa musique au début, car ils pourraient reconnaître plus rapidement Janet. J’ai donc pensé que le meilleur pour elle était le marché R&B. Plus tard, elle pourrait toujours le replacer dans le marché rock ou pop (c’est exactement ce qu’elle fait maintenant). Mais au début, c’était mieux le R&B car c’était un marché plus petit et prévisible et les artistes pouvaient mieux se développer.
Malgré la résistance de sa maison de disques, je me suis battu pour amener Janet à un producteur qui comprenait le son noir. Les Jackson étaient devenus célèbres par une musique sur laquelle il était possible de danser et c’est pourquoi cela pouvait marcher pour ma fille aussi.
Janet a enregistré deux albums avant d’accomplir le disque de platine "Control". Quand est venu le moment pour un second album, j’ai fait attention à ce qu’elle ait un producteur noir. Plus tôt à Motown, nous avions appelé ce style le R&B, et cela marchait. Cela s’appelle comme ça aussi maintenant, seule la maison de disques de Janet nommait ce style "urban". (urbain) Mais c'était la même chose.

Nous avions choisi Kashif comme producteur. Il était cher mais il valait son argent. Néanmoins, à la dernière minute, quelques personnes de la maison de disques décidèrent autre chose. Le producteur pop avait été employé et j’avais perdu la bataille. Mais je n’ai pas abandonné et j’ai continué à dire ce que je voulais.
J’aime beaucoup une des chansons du second album de Janet. Marlon l’a écrite. "(You) don’t stand another chance". Elle a un rythme funk et elle sonne plus R&B que pop. Chacun d’entre nous estimait qu’elle était parfaite pour sortir en single, mais au lieu de cela, d’autres chansons furent sorties.
Enfin, la maison de disques de Janet employa Jimmy Jam et Terry Lewis comme producteurs pour son album
"Control". Maintenant, c’était vraiment des gens qui comprenaient quelque chose au R&B. Personne ne pouvait être plus content que moi, en fait, pendant de nombreuses années, je n’ai pas souhaité autre chose pour ma fille. Son album avait commencé comme une fusée.

Quand "Control" commença à être en vente, Janet a, pour la première fois de sa vie, gagné vraiment beaucoup d’argent. Son album "Rhythm nation 1814" se vendait par millions, et sa tournée Rhythm nation en 1990, s’est vendue jusqu’à la dernière place. Seulement à Los Angeles, au Forum – qui pouvait accueillir un tas de gens - les places furent prises en six soirées d’un coup.
Certains concerts de Janet furent organisés par Irving "Magic" Johnson, et je lui suis reconnaissant pour cela. J’aime beaucoup Magic. Lui, avec Michael Jordan, sont mes joueurs de basket préférés.
La tournée de Janet commença à Miami et de là bas, ont suivi toutes les grandes villes des USA. À Worcester,
Massachusetts, il fut nécessaire d’ajuster un second concert car ses concerts étaient trop demandés.
Parfois, elle vendait plus de 35 mille places en un soir. Quand elle est arrivée en tournée en Caroline du Nord, son single "Escapade" était au top des Charts.

Quand j’ai pour la première fois vu le planning de la tournée de Janet, j’ai commencé sérieusement à m’inquiéter. Les concerts étaient trop proches les uns des autres, le planning était trop intense. Les gens travaillaient ensemble avec Janet, et étaient définitivement des débutants dans le show business et avaient trop chargé.
Evidemment c’était trop cher d’aller en tournée avec toute la troupe de danseurs, musiciens, techniciens et agents de sécurité, mais il était nécessaire de prêter attention à ce que les gens – et aussi les artistes – ne se surmènent pas. De toute façon, le planning de la tournée de Janet était beaucoup plus intense que tout ce que j’avais fait durant 15 ans avec mes fils.
Elle performa quelque part chaque soir, sans prendre une pause. Mais le pire était que juste après la tournée américaine, les tournées au Japon, Europe et Asie furent planifiées. Elle fut en tournée pendant environ 9 ou 10 mois d’affilée et j’avais peur qu’elle ne tombe malade. Mais je ne pouvais rien faire contre cela parce que tous les concerts avaient déjà été planifiés.
Les membres de l’équipe n’ont pas tous participé à la tournée entière. J’ai bien compris que c’était fatiguant et que l’on pouvait prendre seulement qu’un certain temps d’intervalle. Un de ses danseurs, qui performa simultanément avec Michael et Janet, a dit en interview à la télévision que la tournée de Janet était la plus lourde. Et j’ai eu aussi peur que Janet ne soit malade. Au début, ils voulaient me cacher qu’après un concert, elle était tombée inconsciente et qu’elle avait été transportée à l’hôpital. J’étais très inquiet car j’avais suspecté ce qui pouvait arriver.
Bien sûr, je ne veux pas dire qu’en fait je l’avais prévenue, mais j’ai une grande expérience dans le show business des concerts, et je sais précisément de quoi mes enfants sont capables
Mais rien ne pouvait faire tomber Janet. Elle ne se plaignait jamais et n’a jamais stoppé la tournée, elle performait tous les soirs. Personne ne découvrit rien à propos de son évanouissement car nous avions tenu cela secret de la presse et des fans. Et elle n’a pas déçu le public, ni le promoteur du concert. Son avantage consiste en cela.
Ce n’est pas important comment elle se sent elle-même, Janet effectue toutes les obligations, vous pouvez compter sur elle. Durant les performances à Los Angeles où je fus présent, pendant un moment il m’avait semblé qu’elle allait s’évanouir, mais elle avait caché la situation critique, et personne dans l’audience n’avait rien remarqué. J’avais bien sûr remarqué car je suis son père. Janet est une professionnelle absolue, et elle peut supporter les circonstances les plus défavorables et faire un show magnifique.

Les billets pour sa tournée Rhytm nation furent vendus complètement partout – en Asie, Europe et même au Madison Square Garden. Et de plus, Janet avait vendu diverses marchandises - chapeaux, T-shirts, insignes et programmes.
Je suis fier que l’argent n’ait pas changé Janet. Elle est toujours la même, adorable, fille remarquable comme elle a toujours été. La majorité des artistes perde leur capacité à penser sobrement, particulièrement s'ils ont autant de succès qu’elle. Katherine et moi avons essayé d’enseigner à nos enfants l’humilité, si rare, mais une importante vertu, la première dans le show business. En général, les choses que je dis à propos de Janet sont mal comprises ou prises hors du contexte, et mes commentaires imaginaires que je n’ai jamais exprimés sillonnent ainsi. Par exemple, j’ai écouté son album "Rhythm nation" peu avant qu’il sorte, et remarqué qu’il n’aurait pas été mal de le refaire. Je ne savais pas qu’en fait, ils ne m’avaient pas donné à écouter la variante finale. Oui, et plus tard ils ont dit que j’avais dit de mauvaises choses à propos d’elle, ce qui est un mensonge. J’aimais Jam et Terry Lewis, et je suis heureux qu’ils aient produit Janet car ils ont fait un excellent travail. "Rhythm nation" devint un joli album avec des tubes qui se sont très bien vendus. En 1991, la chanson écrite par Janet, "Black cat" fut nominée aux "Grammy".

Après presque un an de tournée mondiale, Janet retourna en Californie pour se reposer un moment. Elle avait gagné beaucoup d’argent sur cette tournée, mais elle pouvait gagner encore plus si elle s’impliquait avec énergie dans les marchandises. Il y a tant de choses auxquelles Janet doit encore faire attention, mais je suis fier qu’elle ait fait une carrière si réussie.
C’était difficile pour moi de traiter avec les gens autour de Janet. En effet, ça n’a jamais été reconnu, combien j’ai fait pour Janet. Malgré cela, j’ai essayé de faire comme avant, tout ce qui était dans mes forces. Bien sûr, quelqu’un de sa vieille maison de disques l’aurait volontairement surveillée, mais ce n’est jamais bon. Mais elle est passée à travers tout ça. Elle n’a juste pas besoin d’oublier qui la soutient depuis le début.

Chez nous est accroché un tableau commémoratif sur lequel est écrit : " Joseph Jackson Productions.
En mémoire aux 6 millions d’exemplaires de "Rhythm nation 1814" vendus dans le monde entier".
Ce tableau - un des meilleurs cadeaux que Janet ne m’ait jamais fait, car il montre ce que nous avons réalisé en tant que famille. Elle m'a donné un plaisir énorme avec ce cadeau. Quel père ne serait pas fier d'une jeune fille si brillante ! Le fait que j'ai enregistré sa démo et obtenu le contrat avec la maison de disques fut complètement remboursé.
J’ai toujours eu confiance en Janet et l’ai financée longtemps avant que d’autres la reconnaissent comme chanteuse. Et je suis heureux qu’elle ait du succès, heureux et fier d’être son père.
Après "Rhythm nation 1814", le quatrième album de Janet chez A&M, elle voulut changer de label. Vous vous souvenez, que j’avais été chez A&M et leur avais demandés de signer un contrat avec Janet.
J’ai dû me battre pour ça, mais finalement le contrat s’est avéré juste. Mais je savais qu’il se passerait un peu de temps avant que Janet ne devienne une célébrité mondiale, j’avais pensé depuis le début à parler plus tard aux autres maisons de disques et obtenir un meilleur contrat
Après que Janet ait effectué les obligations en relation avec A&M, elle était libre de négocier avec les gros labels. Son avantage était que le contrat avec A&M avait expiré tandis qu'elle était toujours jeune. Les artistes doivent commencer tôt et je suis heureux de m’en être occupé puisque dès l'enfance, elle pouvait construire une carrière.
Finalement Janet a signé le contrat avec Virgin, qui a fait d’elle l’artiste la mieux payée dans l'industrie musicale. Je voudrais seulement, que les journaux n’aient pas nommé la somme exacte, en fait la majorité des gens ne comprend pas qu'avec un tel contrat, ils s'attendent aussi à de grandes réactions de l'artiste.
Le président de Virgin a déclaré la conclusion du contrat par les mots suivants : « Rembrandt apparaît très rarement sur le marché, mais s’il apparaît, beaucoup de personnes décident de l’avoir. Je me suis décidé. Chacun de nous est fier et nous nous sentirions flattés de travailler avec Janet.»
Maintenant son quatrième album était sorti, "Damita Jo". Et, comme toujours, sur cet album Janet chante avec toute son âme. Elle est devenue une star comme elle le voulait. Et je suis content pour elle. Janet a beaucoup de talent. Personne ne connaît mieux les facultés de nos enfants que Katherine et moi. Tous nos enfants sont très talentueux. Le travail de Janet est évident. Elle suit les pas de Michael.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:25

Chapitre 27 : Les mères Jackson


Vous vous souvenez, comment j’avais peur du beau père de Katherine quand je suis venu pour la première fois
chez elle ? Souvenez vous cette charmante femme qui m’avait salué et m’avait dit : « Vous êtes probablement Joe ? » C’était la mère de Katherine.
Toutes ces années elle est restée la même, amicale et généreuse avec moi. C’était une calme et affable femme avec un grand cœur. Elle était prête à partager tout ce qu’elle avait avec les autres. C’était très agréable de communiquer avec elle.
Avec les années, quand elle a vieilli, elle a commencé à devenir mal en point. Sa condition empira et elle devait rester allongée à l’hôpital. Katherine est venue la voir en Alabama, et finalement, nous l’avons mise dans une maison de retraite à Los Angeles. Katherine employa une infirmière pour elle.
Elle avait une maladie lourde aux reins, à la fin elle ne pesait pas plus de 22 kg. Cela s’est terminé par un coma, mais malgré cela, Katherine et son père continuaient à lui rendre visite tous les jours, même quand sa mère a cesser de la reconnaître. Elle s’asseyait simplement sur son lit et lisait à haute voix au cas où elle entendrait quelque chose. La sœur de Katherine était déjà décédée, elle était donc la seule fille. Puis sa mère mourut. Ce fut très dur pour Katherine, je n’ai pas de mot pour décrire cela.
Il y eut de grandes obsèques, toute la famille était présente. C’était si triste.
Depuis que j'étais petit et que ma sœur était morte, je n’avais jamais été à un enterrement. Après cela, je n’ai pas pu y assister. Je me souviens encore comment mon père avait été peiné, et c’était la seule fois où je l’avais vu pleurer. Au moment où la mère de Katherine est morte, mon père avait 75 ans. Il était en bonne santé, mais vous ne pouviez pas attendre autre chose, car il n’avait jamais fumé, bu, et prenait toujours ses médicaments aux herbes.

Des années plus tard je lui ai rendu visite. Il était en bonne santé comme avant, mais il avait des problèmes avec son pied, quelque chose avec la circulation du sang avait commencé. Quand je l’ai questionné à propos de ça, il a répondu qu’il ne sentait plus rien. Il est allé chez le docteur, et le docteur lui a dit que la jambe ne pouvait plus être sauvée, ils devaient l’amputer jusqu’au genoux. C’était une mauvaise nouvelle pour lui mais il s’est réconcilié avec son destin.
Quand sa jambe fut amputée, je suis venu le voir à l’hôpital. Je suis rentré dans sa chambre, et il a immédiatement commencé à faire des blagues sur sa condition, il ne voulait probablement pas montrer son malheur. En riant, il a soulevé sa souche et a dit : "regarde, une est toujours là !".
Après la chirurgie, j'ai commandé une prothèse et un fauteuil pour lui, ainsi il pouvait se déplacer partout. Mais plus il vieillissait plus il devenait réservé. Il aimait plus passer du temps tout seul plutôt qu’en compagnie d’autres personnes.

J’aimerais parler un peu plus de ma mère. Elle était très sociable, aimait bavarder et plaisantait fréquemment. Maman avait une voix si forte qu’on pouvait l’entendre de loin et elle aimait rire. Comme Katherine, elle était belle et amicale. Ma mère m’a enseigné à cuisiner et à coudre. Et mes deux parents m'ont montré comment réparer n'importe quoi dans la maison.
Maman cuisinait très bien. Une fois elle a même été chef-cuisinière dans un hôtel. Quand elle partie de là bas, ils n'ont même pas voulu la laisser partir, mais elle ne les avait pas permis de lui faire changer d'avis car elle voulait être près de sa famille. Mon père travaillait dans l'autre ville comme enseignant et elle ne voulait pas nous laisser - laisser les enfants tout seuls.
Bien que mes parents aient divorcé quand j'étais enfant, des d'années plus tard ils se marièrent de nouveau et jusqu’à un âgé avancé, vécurent heureux en Arizona.
Quand Maman est devenue plus âgée, elle tomba malade, elle a du enlever un, et après des années, le second rein. Après cela, deux fois par semaine elle faisait une dialyse, se connectait à un "rein artificiel". Elle n’adorait pas cette procédure et n’y avait jamais été habituée. C’était terrible.
Après un moment elle dut faire des dialyses fréquentes. Sa peau est devenue plus sombre, elle est devenue très mince. Sur une main où était collée une aiguille en permanence, une grosse tumeur se développa.
Pendant un moment, sa condition de santé était bonne, mais ensuite ils m’appelaient et me disaient : « Joe, tu dois arriver. Je crois que la fin est proche.» Vous savez, j’étais à cette époque constamment en voyage et ne pouvais pas lui rendre visite aussi souvent que je voulais. De plus, elle vivait en Arizona, et moi à Los Angeles.
Après 10 ans de dialyse, ses veines furent complètement détruites et elle ne pouvait plus continuer le traitement.
Elle fut déchargée de l’hôpital et pouvait passer les derniers jours à la maison. Je l’ai prise la soirée même.
Quand je suis arrivé, elle dormait. J’ai appelé « Maman » puis elle s’est réveillée et m’a regardé. Sa main avait terriblement enflé. J’ai pensé qu’elle me reconnaîtrait, mais elle semblait fatiguée et a immédiatement fermé les yeux. Elle préférait dormir j’ai pensé et je l’ai laissée.

Le matin suivant, c’était le 30 novembre 1990, ma sœur m’appela et m’informa que ma mère était morte à 3h11 du matin. Peu après que je sois parti, elle a dit, elle a remarqué d’après le souffle de ma mère, que la fin était proche. Tous avaient fait un cercle, avaient rejoint leurs mains et avaient prié. Je suis reconnaissant que ma sœur et ses enfants furent proches de Maman dans ses dernières minutes.
Ma sœur a dit, qu’un jour avant sa mort, notre mère avait soudainement voulu quelques boulettes de pâtes. Ces boulettes de pâtes furent les dernières choses qu'elle mangea.
Nous ne savions pas que tout se finirait si rapidement après qu'elle eut arrêté la dialyse. Mais j’ai detesté ces procédures parce qu'elle avait dû tellement souffrir et maintenant au moins ses souffrances étaient finies. Papa était alors toujours à l'hôpital, et est revenu à lui après l'amputation.
L’enterrement était le samedi et plusieurs étaient arrivés déjà le jeudi. Toute notre grande famille s’est réunie, la morgue était remplie de fleurs. Il y avait tellement de gens qu'il n'y avait pas assez de places.
La seule chose qui était bien à ces obsèques est que mon père a enfin vu Michael. Il ne l’avait pas vu depuis longtemps et m’avait dit qu’il lui manquait. Maintenant il pouvait enfin l’embrasser aux obsèques de ma mère.
La commémoration était spéciale. Ma tante Norma chanta ainsi que sa fille, et c’était si parfait, que nous avons tous ont été bouleversé jusqu'au plus profond de notre âme.
J'ai eu le cœur brisé, mais pour une raison, je ne pouvais pas pleurer. Seulement quand je suis resté seul sur la tombe de ma mère, mes larmes sont sorties et j'ai pleuré comme je n’avais jamais pleuré avant.
Je n’ai jamais pensé que j’aurai dû passer par là. Ma mère était une femme merveilleuse. Tout le monde l’aimait. Maintenant elle se repose à Phoenix.
C’était dur pour moi et ma femme quand en plusieurs mois avons perdu chacun nos mères. Mais heureusement, je l’avais et elle m’avait.

Après la mort de Maman, Papa est resté vivre dans leur maison commune à Phoenix. Les dernières années de sa vie où tout allait bien pour lui, j’essayais de lui rendre visite plus souvent. Je rencontrais toujours là bas mes frères et soeurs et leurs familles, c’était bien pour moi - d’avoir du repos pendant deux ou trois jours pour passer du temps avec eux. Naturellement, je ne pouvais pas rester longtemps - mes affaires ne me le permettaient pas.
Quand nous et Papa étions ensemble, nous chantions fréquemment, la plupart du temps des chansons qu'il avait apprises à la chorale de l’église.
Mon père était une vieille personne et chacun de nous devait prendre soin de lui, mais c’était difficile pour nous. Depuis que ma sœur et ses enfants vivaient aussi à Phoenix, il était toujours dans le cercle de la famille. Il était mon père et je l’aimais beaucoup. Mais néanmoins est venu le moment où je l’ai perdu lui aussi. C’est comme ça que le monde fonctionne. Le 12 février 1992, il s’est endormi lui aussi pour toujours.


Maintenant j’aimerais parler un peu de Katherine, ma femme et mère de mes enfants. Le fait que nos enfants soient tous devenus quelqu’un, c’est au grand mérite de Katherine. Une personne qui, en 1967 é été mis en relation avec Katherine et moi car il voulait alors travailler avec nos fils, a récemment dit à propos d’elle : « Katherine n’a jamais douté de ses enfants. Elle a toujours su que quelque chose de génial tournait autour d’eux, et elle n’avait pas l’ombre d’un doute, qu’ils le feraient. »
Combien de fois Katherine m’a dit : « Joe, je ne sais pas comment tu maintiens tout ça. Je ne suis pas capable de le faire.» Quelque chose dans le business de la musique qu’elle ne pouvait pas supporter. Mais je dois être fort pour l’amour de mes enfants, et Katherine m’a toujours compris et supporté.
Bien sûr, je l’ai protégée même contre les pires problèmes. Avant qu’elle ne les découvres, ils n’étaient plus si terribles que ça. C’est remarquable néanmoins que chacun de nous deux soient encore en bonne santé, après tout ce par quoi nous sommes passés.
Katherine ne pouvait pas être suffisamment contente d’elle sur ses enfants. Une femme qui a mis au monde 10 enfants, c’est déjà quelque chose de spécial. Et la famille est ainsi forte, quand tout le monde est ami et créé quelque chose ensemble.
Je suis très fier de Katherine. Elle a toujours été une mère merveilleuse, une vraie mère, comme j’ai été un vrai père. J’ai gagné de l’argent pour élever et nourrir ma famille, et elle faisait tout dans la maison. Je l’aime car elle a pris soin de nos enfants.
Katherine à parfaitement bien élevé nos enfants. Si elle ne l’avait pas fait, ils n’auraient pas grandi pareil. Un père et une mère qui travaillent main dans la main sont nécessaires pour une personne et ils montrent l’exemple. Nous étions très stricts avec eux. Ils devaient toujours effectuer les tâches. Quand vous êtes enfant, bien sûr vous n’appréciez pas beaucoup, spécialement si vous voyez que les autres enfants n’ont pas besoin de travailler tout le temps. Si vous forcez les enfants à accomplir des résultats, vous devez compter que plus tard ils ne vous le reprochent pas.
Malgré tout cela, les enfants aiment beaucoup leur mère. Et ils sont proches de moi aussi.
On m’a demandé comment Katherine et moi avions réussis à garder notre mariage durant 50 ans. Le fait est que Katherine a plus de bonnes qualités que n’importe quelle autre femme. C’est une personne merveilleuse et elle a un don pour bien s’entendre avec les autres. Elle garde la maison irréprochablement nettoyée et soignée et elle cuisine extrêmement bien. Katherine exécutait toujours superbement bien les tâches ménagères et je lui suis reconnaissant pour cela. Et elle ne pouvait pas mieux me traiter. Je n’ai donc jamais souhaité une autre femme. Je suis si fier d’elle. Elle m’a toujours soutenu, et je ne l’oublierai jamais. Ensemble nous avons traité plein de problèmes. Nous sommes restés ensemble et avons traversé tous les obstacles. L’amour est plus fort que n’importe quoi d’autre dans le monde.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:26

Chapitre 28 : Le voyage au Japon


Chaque membre de la famille avait déjà été plusieurs fois au Japon. Les japonais adoraient la musique américaine, et avant tout, ils adoraient les Jackson.
Nous avons beaucoup d’amis japonais, et nous aimons ce pays. Quand, en décembre 1987, Michael était là bas en tournée pour la promotion de son album "Bad", Katherine et moi avons volé là bas pour voir un de ses concerts. À ce moment là, le single de l’album de Michael : " I just can’t Stop loving you " était déjà un tube aux USA. À l’origine, Michael avait planifié neuf concerts mais quand les organisateurs eurent établit, que chaque performance se vendait en une heure, ils ont ajouté cinq concerts de plus, et très vite les billets pour les concerts supplémentaires furent aussi complets.
Les japonais étaient définitivement dingues de Michael. Partout où il apparaissait, il était suivi par une foule de photographes. Katherine et moi tombions constamment sur la Michaelmania. Des milliers de gens mettaient sur leurs tee-shirts, des images de Michael en concert, et toutes les boutiques avaient des produits de Michael Jackson. Tout ça ne me surprenait pas. Il avait des fans au Japon déjà 15 ans avant, quand les Jackson 5 avaient commencé à performé là bas. Et j’étais convaincu par ma propre expérience, que nos fans nous donnaient leur loyauté pour longtemps.

Qua nd j’étais jeune et que j’ai entendu un message sur la radio américaine à propos d’une attaque des japonais sur Pearl Harbor, je ne pouvais pas rêver qu’un jour j’irais au Japon et que je connaîtrais si bien ce pays. Mais ensuite, nous allions là bas suffisamment souvent et j’ai compris que les japonais étaient des gens géniaux.
Quand nous étions à Motown, nous savions que les garçons étaient populaires au Japon car les fans écrivaient même des lettres chez nous. De plus, au Japon, ils informaient toujours la presse sur nous.
Notre première tournée prit place en mai 1973. À l’aéroport, il y avait tellement de fans hurlants que nous n’avons pu passer qu’avec l’aide du service de sécurité.
Notre premier arrêt fut Tokyo. Notre remarquable organisateur, Watanabe, avait arrangé pour nous des excursions et promenades, nous avons pris aussi le plus rapide train, à cette époque, appelé "Bullet train". J’avais peur que durant le voyage il y ait un tremblement de terre, mais heureusement rien n’est arrivé.

A l’hôtel les fans se dispersaient. Les japonais sont très polis et saluent constamment, je répétais donc après eux et essayais de répondre avec politesse.
Dans la soirée, avant le concert, nous avons donné une conférence de presse, et à la fin il y eut un dîner donné en notre honneur. Bien sûr, il y avait beaucoup de riz et quand on nous a donnés des baguettes, nous avons eu des difficultés à amener la nourriture à la bouche. Je n’avais jamais mangé auparavant avec des baguettes et au début, je ne savais même pas comment les tenir. Mais je reçus une formation assidue et finalement je m’en suis pas mal sorti. C'était agréable pour les japonais, que nous ayions adopté les coutumes de leur pays et ils étaient extrêmement amicaux avec nous.

La performance des garçons reçut une grande réponse, mais à aucun concert les spectateurs n’essayèrent, comme dans les autres pays, de prendre la scène d’assaut. Vous devez considérer que c’était au début des années 70, et nous étions un des premiers groupes qui performait là bas. Maintenant le Japon est devenu trop western, et aujourd’hui les japonais se comportent en concerts comme les autres fans des autres pays.
Après la performance à Tokyo devant 10 ou 15 mille fans, de nombreuses personnes vinrent à nous et nous donnèrent des cadeaux. Les concerts suivants se sont passés à Osaka. C’est aussi grand que Tokyo mais évidemment pas aussi bondée que la capitale.
Après cela, nous avions des concerts à Hiroshima où les garçons et moi avons visité un musée. J'ai pensé à ma jeunesse quand j’avais entendu aux nouvelles le bombardement à Hiroshima et j'ai été pris d’un sentiment étrange quand nous sommes passé par ces salles.
Des images, montrant la ville après la décharge d'une bombe nucléaire en 1945, me stupéfiaient profondément et j’ai eu la chair de poule lorsque j'ai imaginé l'échelle de ces horrifiantes destructions. Mes fils ont aussi été choqués et chacun de nous espère qu'une telle chose n'arrivera plus jamais.
Oui, j’adore le Japon. Les japonais sont sympathiques et polis et j’aime ce pays, bien que ce soit très cher. Et nos fans locaux aiment encore les Jackson 5 maintenant. Janet a aussi fait une tournée à travers le Japon et a eu un gros succès. Elle est aimée comme Michael et ses frères. Les Jackson seront toujours des invités bien accueillis au Japon.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:26

Chapitre 29 : Michael sur scène et en en dehors



Beaucoup de gens me demandent comment Michael était étant petit. J’ai déjà parlé un peu de lui enfant, et maintenant, j’aimerai ajouter ce que j’avais précisément remarqué chez lui quand il commença à chanter avec ses frères.
Il était celui que l’on mettait au premier plan chez les Jackson 5, simplement parce que nous savions que c’était sa place. Il pouvait présenter une chanson à l’audience, d’une telle manière que les gens pleuraient, et il était aussi très bon danseur. Depuis qu’il est petit, beaucoup de gens ont essayé de le copier.
Quand Michael est devenu plus adulte, il a fait une sérieuse compétition avec des grands danseurs, tels Fred Astaire et Sammy Davis Jr. Peu avant la mort de Sammy, Michael chanta à un concert, une chanson qu’il avait écrite pour cet artiste : "You were there". Elle était dédicacée à Sammy Davis Jr. En même temps, c’était la propre interprétation de Michael. Quand il claqua ses doigts, dans ce seul geste, il y avait plus de charme que certains artistes ont dans leur show entier.

La performance de Michael au 25ème anniversaire de Motown fut la meilleure que j’ai jamais vue. Il rentra sur scène avec ses frères, et ils chantèrent quelques vieilles chansons. Puis il fut séparé du groupe et il fit le
"Moonwalk". Les spectateurs sautèrent de leur siège. C’était parfait, que les Jackson 5 furent de nouveau sur scène pour performer à Motown. Et quand, à la fin les frères se sont embrassés, j’ai fondu en larmes.

Pour parler de Michael, il est nécessaire d’avoir une représentation claire, car quand vous êtes une telle star, cela apporte un énorme tas de problèmes. Avec le temps, la chose suivante m’était particulièrement évidente: à chaque fois que venait le moment pour Michael de sortir un nouvel album, apparaissaient soudainement des nouvelles négatives à propos de lui dans la presse. Mais tout ce qu’ils disaient et écrivaient sur lui n’était que mensonges. Toutes ces absurdités, dans lesquelles étaient étalées des femmes avec qui Michael était ami. Pour quelqu'un qui est au centre de l’attention du public, il est assez dur de trouver la femme de qui tomber amoureux et il est injuste d'écrire de telles choses mesquines, même si Michael avait vraiment rencontré quelqu'un.

Un autre exemple : Quand Michael était supposé sortir "Thriller", il y eut une autre rumeur idiote qui apparut sur lui dans la presse. Il semblait vraiment, qu’à chaque fois ils essayaient d’empêcher son succès. Durant "Thriller" qui a battu toutes les ventes de disques, la presse informa qu’il dormait dans un caisson à oxygène. Je ne pouvais pas le croire, quand j’ai vu ça dans les journaux. Michael vivait alors chez nous, et il n’y avait pas de telle chose dans notre maison. Malgré cela, j’ai une fois par curiosité, regardé dans sa chambre, mais la seule chose que je vis fut une chambre normale.
Apparemment, quelqu’un avait photographié Michael durant une visite chez le docteur quand il avait dû s’allonger pour l’auscultation, et avait monté cette photo avec un caisson à oxygène (ce qui se fait très simplement de nos jours). Puis cette photo oubliée a été publiée, et tout le monde autour a dit que Michael dormait dans un caisson à oxygène. De tels tours sont fréquemment employés pour des photos et il n’est pas toujours possible d'avoir confiance en ce que vous voyez.
Plus tard, j'ai découvert qu'une entreprise en effets spéciaux avait été employée pour faire pour Michael, un lit qui serait construit avec des enceintes au niveau de la tête pour que Michael puisse écouter de la musique, allongé sur le lit. Mais il n'y a jamais dormi. Après que cette histoire idiote fut dans la presse, il ne voulait désormais plus de ce lit, il est resté là à ramasser la poussière.

C’est incroyable le genre d’histoires fausses qui sont écrites sur Michael. Les journaux épuiseront jusqu’au petit doigt quoi que vous aimez, seulement pour augmenter la diffusion, et j’aimerais qu'ils arrêtent. Michael est merveilleux et il est le meilleur artiste au monde. Je ne dis pas cela en tant que père car je veux vanter mon fils, mais parce que c’est la vérité. Quand "Thriller" est sorti, cet album est rentré dans l’histoire de la musique et est même rentré dans le livre des records. Jusqu'à aujourd'hui, "Thriller" tient le record mondial avec 50 millions d’exemplaires vendus.
Michael a fait quelque chose de vraiment grand. Je me souviens, comment il a battu tous les records sans exception cette année. Mais il n’a néanmoins pas reçu la part méritée des récompenses.
Michael était si excité, et à cause de cela il donna l’impression d’une personne fatiguée physiquement. Mais pour lui, quelque chose comme ça est stimulant. Il a seulement dit : « Attendez, la prochaine fois, ce sera bien mieux. » Et vous savez quoi ? Il devint bien mieux.

Quand "Off the wall" fut créé, Michael est venu vers Quincy Jones avec plein de chansons. Il avait enregistré quelques démos sur des bandes dans notre studio derrière la maison, et les a jouées à Quincy qui les a beaucoup aimées. C’est comme cela que Quincy est devenu le producteur de plusieurs chansons de Michael, parmi lesquelles il y avait "Don’t Stop till you get enough". C’est devenu un tube.
Une autre chanson magnifique de Michael - "She’s out of my live", une vraie ballade, faite avec une grande émotion. Il la ressentait vraiment, je connais Michael. Pour ces choses là, il est pareil que moi – très émotif. Seulement je ne montre pas mes sentiments comme il le fait. Cette chanson – une des mes chansons préférées avec "One day in your life" que Michael chantait quand il était avec les Jackson 5.

Michael reçut son premier Grammy pour " Don’t Stop till you get enough", et cela m’a particulièrement plu, car il avait écrit cette chanson. C’était son second tube solo (le premier était la bande originale du film "Ben"). À mon avis, il n’y a pas d’artiste qui peut danser aussi expressivement que Michael. Il a performé à travers le monde entier, gagné beaucoup de récompenses, et il a des fans partout. Même dans le bosquet d'une forêt vierge, vous pouvez trouver par hasard la photo de Michael Jackson.

Pendant une de ses tournées mondiales, Michael batta un record de plus : son concert était attendu par plus de spectateurs que n’importe quel autre artiste. S’il avait fait des concerts de plus, ils auraient été vendus aussi. Sur scène, Michael est le meilleur. Vous savez pourquoi ? Parce que c’est un Jackson, et il est là à 100%.
Ses shows sont si magnifiques, que ce n’est pas bientôt que quelqu’un pourra les surpasser. Ils sont très chers, avec des illusions et des effets de lumière. Il a eu un succès unique avec les shows en Europe, et je fus à maintes reprises surpris, du peu qu’ils informaient la presse américaine. Le fait qu’il représente notre pays n’était pas assez apprécié. Je serais, de toute façon heureux, si la presse informait de façon régulière de ses ventes de disques et ses shows à l’étranger. (Cela concerne naturellement aussi mes autres enfants).
Pour dire la vérité, Michael lui-même a trouvé des moyens pour informer les américains de ce qu’il fait. Il a fait des vidéos des concerts du monde entier et a les a publiées aux USA, ainsi ses fans pouvaient voir aussi ici ce qu’il faisait à l’étranger.

Michael adore le cinéma et a toute sa vie été intéressé par Charlie Chaplin. Avec les films, une nouvelle opportunité s’ouvrait à lui indubitablement.
Comme nous parlons de cinéma, j’aimerais mentionner que j’avais pris contact avec les gens qui ont produit le film " The Wiz". Je voulais qu’ils donnent à Michael une chance, et c’est arrivé. Mais les gens oublient parfois qui a suggéré l’idée à l’origine, et Michael ne sait probablement toujours pas maintenant qu’elle provient de mon bureau (j’ai toujours essayé secrètement d’aider mes enfants autant que possible).
De toute façon, j’avais mis en place le projet bien avant que Michael ne commence le tournage en 1977.
Sidney Lumet fit du bon travail pour ce film. L’équipe d’acteurs était géniale aussi, et Michael prouva qu’il était un excellent acteur. Diana Ross et Richard Pryor étaient bons aussi dans leurs rôles. (D’ailleurs, la même année, Black Athletes Hall Of Fame m’avait choisi comme "le père de l’année").
J’aimerai que Michael tourne un film dans lequel il jouerait le rôle principal. Je voudrais que tout le monde découvre quel magnifique acteur il est.

À mon avis, le succès de Michael n’est pas surpassé. Prenez par exemple "Thriller". Pour cet album Michael reçut 8 Grammy et 8 American Music Awards. Le fait qu’il ait été avec les frères dans des tournées mondiales plus tôt et ait des fans partout, devint la base de tout, et il mérita chacune de ses récompenses. J’espère que tout le monde comprend que son succès n’est pas venu si simplement – il a coûté de nombreuses années de travail intensif. Peu avant la mort de ma mère, je vis une diffusion télé dans laquelle des choses absurdes sur moi et mon fils Michael étaient dites. Parmi elle, ils dirent qu’il avait fait de la chirurgie plastique à ses yeux. C’est un mensonge.
Aussi, il y avait des rumeurs idiotes à propos de Michael quittant la maison, ce qui ne collait pas à la réalité. Parfois les enfants quittent la maison parentale, ce qui est normal. Mais si Michael Jackson quittait la maison, ils essayaient immédiatement d’en faire sensation. Sans compter qu’il avait simplement grandi et était devenu un homme. Il y eut beaucoup d’autres rumeurs, certaines d’entre-elles sont mêmes pires que celles que j’ai mentionnées, mais pourquoi répéter ce qui est du non-sens ? Ce qui a été montré à la télé est suffisant, mais là bas, des gens sont aussi payés pour répandre les mensonges.
Après le programme, je me suis demandé de nouveau, pourquoi inventaient ils de telles histoires incroyables sur moi et Michael ? Pourquoi l’attaquaient-ils et essayaient t-ils de corrompre sa réputation ? Je peux seulement espérer que les gens ne croient pas tout ce qu’on leur dit.
Mais toutes les stupides rumeurs répandues sur lui ne peuvent pas arrêter Michael. Sa musique est fantastique et les gens du monde entier l’adorent. Quoi qu’ils disent, ils achètent ses disques. Et à chaque fois il devient plus fort, comme ma femme dit : le bien gagne sur le diable.

Dans son livre "Moonwalk", Michael écrit que les Jackson 5 appartiennent aux peu de gens chanceux qui, déjà pendant l’enfance misèrent pour leur bien-être futur – l’argent, les immobiliers et autres investissements.
J'ai réglé toutes ces questions pour tous mes fils. À 18 ans, chacun d’eux avait des biens immobiliers et avait assez d'argent en banque. Je crois que mes autres fils peuvent également le confirmer.
Une partie de l’argent que j’ai gagné, je l’ai dépensé à acheter des choses pour la maison en Californie. Il y eut 4 grands complexes et quand je les ai eus 30 ans plus tôt, c’était un genre complètement nouveau d’investissement. Après que les prix de l’immobilier dans ce secteur aient brusquement bondi, et quand mes garçons atteignirent la majorité, leurs biens immobiliers coûtaient des millions.
C’était un sentiment merveilleux – de recevoir de Michael la confirmation que je m’étais toujours précoccupé des intérêts de mes fils. Je n’ai jamais pris d’argent à mes enfants comme cela s’est fait par d’autres parents de petites stars, et j’ai toujours considéré que l’argent que nous gagnions était mieux enfermé. Tout ce que j’ai gagné sur mes enfants, je l’ai équitablement divisé entre eux.

Le sujet suivant dont j’aimerai parler, c’est la rumeur que je battais mes enfants quand ils étaient petits. J’aimerais clarifier ces rumeurs.
Je supportais la responsabilité de six garçons en bonne santé et extrêmement forts. Katherine et moi avions divisé l'éducation des enfants entre nous. Je prenais soins de nos fils, et elle des filles. Si j'étais strict ? Oui, je le devais, différemment, avec 9 enfants le chaos arrivait rapidement. Tout d’abord cela concernait Michael. Il avait plus d'énergie que n'importe quel autre enfant, et il était vraiment hyperactif.
Donc si un de mes garçons faisait quelque chose, il était puni pour ça. Pendant l’enfance, si je faisais quelque chose de mal, mon père me punissait. C’est comme ça que j’ai été élevé, et c’est comme cela que j’ai élevé mes fils. Je crois que je devais faire ça, car mes garçons devaient savoir qu’ils seraient punis s’ils participaient à quelque chose de mal ou prenaient de la drogue. J’étais strict avec eux, en fait tellement d’enfants à Gary avaient constitué des gangs, et je ne voulais pas du tout que mes enfants soient en contact avec la drogue ou la criminalité.
Mes fils qui ont déjà des enfants, me comprennent maintenant, et d’autres parents me l’ont dit aussi, qu’ils me comprenaient très bien, comment il était difficile de veiller sur 6 garçons. Si vous aimez les enfants comme moi, il est certainement facile de ne pas les punir mais si vous voulez leur donner le sentiment de ce qui est correct et de ce qui ne l’est pas, alors la punition est nécessaire. C’était difficile pour moi de punir mes garçons quand ils faisaient quelque chose de mal, mais c’était obligé pour que je puisse faire mon rôle de père. Et je l’ai fait car mes enfants maintenant sont au dessus de tout ça.
Randy, dans une interview, a dit la même chose que je viens juste d’essayer d’expliquer dans ce sujet : « Un certain ordre doit dominer. » Et c’était comme ça. Mes garçons étaient toujours bien habillés, propres et polis envers les associés. Katherine et moi les avons élevés à la vieille tradition, mais cette manière me semble encore maintenant correcte.
Quand aux accusations de viol, comme l’a dit Janet en interview au magasine US en 1993, « c’est simplement du non-sens. Oui, c’est la vérité, nos parents nous punissaient, c’est arrivé, nous savions toujours pourquoi. Mes parents étaient très stricts, et je remercie Dieu pour cela. Mais nos parents nous ont jamais molestés ni mentalement ni sexuellement, ni d’une autre manière. »

Retournons à Michael. Début avril 1991, Michael signa un contrat avec Sony Software, Sony Entertainment et Columbia Pictures. Il entreprit de sortir sur Sony Music (la maison de disques qui a acheté CBS Records), 6 albums. La presse informa que Michael avait reçu les royalties les plus élevées qu’un artiste avait jamais méritées. Dans ce contrat étaient aussi mentionné que Michael devienne président de son propre label d’enregistrement MJJ. Et il basa un nouveau complexe de divertissement qui observait toutes les productions des shows télé pour enfants. Comme les acteurs, on garantit des millions à Michael pour chaque film qu’il tournerait.

Je ne parle pas volontairement des sommes gagnées par mes enfants, mais la presse continua à informer, que c'était la plus grande transaction dans l'histoire de musique et des films. Ron Wilcox, le vice-président de Sony, a dit : "Michael est la plus grande star dans cette branche, et le contrat est prouvé par ses succès, son talent et son potentiel futur".
Tous les différents projets de Michael sont si bons car il travaille toujours si assidûment pour apporter le plus léger détail à la perfection. Il aime que chaque bagatelle soit idéale. Pour cela, il est semblable à sa mère. Si elle concevait quelque chose, elle ne se calmait pas avant que ce ne soit ce qu’elle voulait. Et Michael était fructueux sur le plan financier. En fait, pour cette raison ils devinrent des professionnels : faire de l'argent.


Les Jackson 5 avaient gagné beaucoup d’argent à Motown. Quand je les ai amenés chez Epic, Michael et ses frères gagnèrent bien plus sous le nom de "The Jackson". Et la tournée Victory s’était rajoutée ainsi que les publicités. Et toutes les tournées de Michael étaient toujours vendues.
Je peux dire avec fierté que l’argent n'a pas changé Michael. Il est le même Michael que nous aimons tous.

Pendant de nombreuses d'années, j’ai été silencieux sur les petites amies que mon fils avait, mais maintenant est venu le temps de vous dire que toutes les informations dans la presse étaient des mensonges.
En 1984, mon fils avait déjà eu quelques petites amies. Tout le monde savait que lui et Tatum O'Neal s’étaient embrassés à une fête dans le château de Playboy. Tatum fut son premier amour. Puis vint Brooke Shields, mais elle était plus jeune, et Michael a toujours été un gentleman. Il lui a néanmoins fait la cour et lui a achetée un anneau avec un gros diamant. Il parlait fréquemment à sa mère de combien Brooke comptait pour lui.
Tatum, Brooke et Michael avait beaucoup en commun. Tous les trois étaient des enfants stars. Brooke avait tourné dans une publicité pour le savon et était presque encore enfant quand elle joua dans "Pretty baby". Bien que les relations entre Michael et Brooke étaient limitées aux fêtes et boîtes de nuit, il prenait cela sérieusement.
Nous avons invité Brooke à dîner chez nous à Los Angeles. Elle était délicieuse. Elle avait de magnifiques manières, elle avait parfaitement considéré notre famille et immédiatement avait trouvé un langage commun avec ma femme. Nous l‘accueillions de tout notre cœur, mais en respectant la vie privée de Michael, nous ne posions pas de questions inutiles.
Après un moment, Brooke décida néanmoins de recevoir son diplôme de 4ème année dans une des universités les plus chères sur la côte Ouest, et Michael était aussi constamment en voyage pour le futur de sa carrière. Ils se voyaient l’un et l’autre très rarement et leur relation sentimentale s’est effondrée. Mais ils sont restés bons amis.

Brooke commença à prendre des cours à l’université et Michael tomba amoureux d’une jeune danseuse. Ils flirtaient ensemble durant le tournage d’une des vidéos et permirent de se faire photographier devant la loge de Michael. À leur premier rendez vous à la fin des années 80, le manager de Michael, Frank DiLeo, était présent là bas comme un chien de sentinelle. Frank savait que Michael était intéressé par elle quand ils se sont rencontrés tous les trois au restaurant. Sans informer Michael, Frank avait essayé de la courtiser bien qu’elle fusse mariée.
Dès qu'elle eut remarqué que Michael était intéressé par elle, elle quitta son petit ami, le danseur latino américain qui accompagnait Madonna en tournée. Le danseur inconnu n’avait jamais été proche de la célébrité, et elle pouvait à peine croire que mon fils la voulait. Elle pouvait à peine surmonter l'excitation, parlait ouvertement de leur relation. Ce n‘était pas plaisant pour Michael, parce qu'il ne voulait pas la voir exposée, en général dans une revue, avant qu'il n’ait eu l'occasion de passer du temps avec elle
Il invita la fille à notre maison de sorte que ma femme et moi ayons pu la voir. Elle nous a tous aimés, elle était jeune, belle et elle avait le coeur d'un enfant. Bientôt Michael dit à sa mère qu'il était amoureux d’une merveilleuse danseuse. Mais il voulait la connaître mieux avant, il l'a invitée à l’accompagner en tournée.
Il y avait une forte attirance sexuelle entre eux, et du temps passa avant que la jeune femme déjà ne puisse pas distinguer leur relation sur scène pendant le show et en dehors. Elle appela Michael à l'hôtel et demanda si elle pouvait l'embrasser sur scène. Michael accepta mais ne dit rien à son manager.
Alors ils s’embrassèrent un soir sur scène. Michael aima beaucoup, mais son manager était en fureur car il eut peur que Michael perde ses fans s’ils découvraient qu’il avait une aventure.
Quand les photos du baiser furent imprimées et quand cette fille parla dans un talk-show de sa relation avec Michael, le manager de Michael décida que c’était assez. Elle fut immédiatement renvoyée, et à cela, elle a seulement répondu à une question de l’invité du show, si elle avait quelque chose avec Michael, le "vous savez quoi ". Elle n’avait pas la moindre représentation de combien les medias l’observaient de près. Bien sûr, des amis à Michael ; Corey Feldman et Little Richard, ses deux sœurs et ses frères savaient qu’il avait des sentiments pour elle, mais évidemment nous n’avons pas prononcé un mot à propos de ça, puisque ce n’était pas clair si cette relation était sérieuse ou non. Michael fut triste car il dût la laisser partir. Elle fut simplement détruite et essaya vraiment de garder leur relation. Elle chargea un artiste de dessiner une de ses stars préférées et lui envoya l’image à la maison.
Elle essaya, en vain d’attirer l’attention sur elle encore, mais Michael l’a garda éloignée de lui quand il découvrit qu’elle sortait avec Prince. Il souffrait de l’exposition permanente et ne voulait rien avoir en commun avec les tabloïdes dans lesquels il était dit que son ex-petit amie l’avait remplacé par Prince, puis par un des Milli Vanilli. (Groupe de danse d'origine allemande) Quand l’avocat de Michael essaya de la présenter à un de ses frères, cela ne l’a pas aidée non plus. Rien n'en est sorti, parce qu'elle était toujours amoureuse de Michael.
La pauvre fille me faisait pitié. C’était une fille adorable, mais elle ne pouvait pas supporter le fardeau de la gloire après avoir tourné dans une vidéo de Michael. Après cela, elle était reconnue partout, mais elle avait à peine d’argent pour payer les factures. Je lui ai offert le fait de devenir son manager, rencontré July McDonald, l’agent de Paula Abdul, et lui ai demandée de trouver un job pour cette fille. July a essayé, et finalement elle fut employée par le chorégraphe connu, Jeffrey Hornaday qui avait travaillé aussi avec Michael avant. Mais elle ne s’entraînait pas suffisamment, et bien qu’elle eût des débuts prometteurs, elle n’avait pas de succès. Je voulais en fait l’aider, j’étais engagé dans son management, mais au final elle était trop immature et je l’ai aidée à gagner deux ou trois mille dollars, avec lesquels elle pouvait payer les taxes et j’ai de nouveau prêté attention à la carrière de mes enfants.

Quand les accusations contre Michael apparurent, son argent venait de finir et c'est pourquoi elle parla à la télé sur Michael, mais elle dit de telles absurdités que cela ne semblait pas réel.
Prince qui, juste après cela, la rencontra dans une boîte de nuit, commença à parler avec elle à propos de ça et le lui reprocha car elle n’avait pas dit la vérité, elle n’avait dit que Michael était amoureux d’elle. Prince a su toute l’histoire, en réalité après qu’elle fut avec lui, et tout le temps elle parlait de Michael, disait qu’elle était folle de lui. Je ne lui reproche pas – ces talk-shows embrouilleraient n’importaient qui. Mais je suis heureux que Prince ait exprimé son opinion sur son comportement hypocrite. Elle a essayé de sortir et a expliqué, que ses mots avaient été déformés, mais Prince ne l'a pas crue. Il l'a accusée que, pour l'argent, elle avait raconté des mensonges sur Michael quand elle était la seule qui pouvait dire la vérité.
Bien, de toute façon, plus tard Michael sortait avec la princesse Stéphanie de Monaco et enregistra même secrètement une chanson avec elle. Bien sûr, personne ne découvrit que Stéphanie était la voix féminine dans ce duo. Michael n'a jamais voulu que le public n’en sache trop à propos des femmes dont il était intéressé. Et puisque sa vie privée est partout, vous ne pouvez pas le blâmer pour ça.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:29

Chapitre 30 : Jermaine et Michael en Afrique



Ma femme et moi avons volé jusqu'en République du Gabon ou nous avons rencontré plus tard Jermaine, il avait une performance là bas avec Madame Bongo. Elle était, à la fois la femme du Président du Gabon, et une chanteuse avec son propre groupe et studio d’enregistrement. Son studio provenait de la France.
Le vol fut très intéressant car à bord il y avait de la musique africaine. Pour dire la vérité, nous avons eu besoin de 6 heures au passage du bureau des douanes parce que quelque chose n’allait pas avec notre visa.
Au Gabon, ils parlaient le français, Jermaine le connaît parfaitement. Il était donc facile pour lui de communiquer avec les gens.
Les murs et le sol de notre hôtel étaient fait de marbre, sur les murs il y avait beaucoup de chiffres africains taillés dans le bois, ce que j’aimais beaucoup. La terrasse où nous avons dîné était particulièrement belle. Katherine fut très surprise que beaucoup de femmes européennes prennent des bains de soleil, les seins nus.
Elle fut encore plus stupéfaite, quand une de ces femmes est arrivée en haut et à marché dans les alentours avec une telle manière.


Quand je voyage avec ma femme, elle passe toujours terriblement de temps dans la salle de bain. Mais quand elle en sort, elle est merveilleuse comme une reine ! Tout est parfait. Et si je lui dis un compliment, elle souris seulement. Nous avons beaucoup aimé le Gabon. Nous vivions directement sur la plage, et le temps était très beau. Tout autour c’est vert car il pleut souvent, et le pays est plutôt riche. De toute façon, il est possible de passer là bas un meilleur hiver qu’à Hawaï ou qu’au Mexique où de nombreux américains passent leurs vacances.

Quand Jermaine est apparu à l’aéroport du Gabon, il était attendu par une grande foule, que le service de sécurité a dû canaliser. Tout le monde criait son nom, il est très aimé là bas. Madame Bongo l’a emmené, elle aussi semblait célèbre.
Durant notre séjour, nous nous sommes promenés dans les bois, il y avait des routes vraiment mauvaises. Jermaine et moi, nous avons conduis une Jeep et Katherine était assise dans une Mercedes. Je pensais qu’une Mercedes se coincerait dans ce terrain inaccessible, mais à ma surprise elle est passée sans risque.
Sur la route de la ville, nous sommes passés près de petits marchés, situés sur le côté, les gens y vendaient des noix de coco, des bananes, des melons et toutes les sortes possibles de légumes. Nous nous sommes arrêtés et j'ai vu quelque chose que je n'avais jamais vu auparavant. Une personne, par exemple, vendait des serpents fris sur un grill. C'était très étrange, mais les gens venaient là et les mangeaient.
Le safari fut remarquable, de plus les gens dans le village étaient sympathiques. Tout le monde nous saluait et nous faisait signe de la main. Mais à l’hôtel les choses étaient différentes. J’avais remarqué que les Blancs ne se comportaient pas de manière amicale avec les Noirs, et j’ai demandé à un autre visiteur ce qu’il se passait. Il m’a expliqué, que les Blancs au Gabon comptaient plus que les Noirs et quand ils s'enivrent, ils disent de telles choses sur les Noirs qu’il est possible de voir qu'ils se croient supérieurs.

J’ai accompagné Jermaine aux répétitions du concert. C’était bien – de le voir sur scène et la manière dont il travaillait avec les chœurs. Cela m’a rappelé le vieux temps quand je voyageais à travers le pays avec mes fils.
Aussi, c’était agréable pour moi, la façon dont il chantait, et je savais qu’il ferait un show fantastique.
Le concert fut vraiment très intéressant. Il y avait environ 30 mille personnes, nous étions assis à côté de la famille Bongo, au premier rang. La première dame du Gabon avait été à Los Angeles pour engager des chanteurs et musiciens qui performaient au concert avec son groupe africain. Elle chanta des chansons de son dernier album, produit à Paris, puis elle emmena Jermaine sur scène. Durant la première chanson elle nous présenta Katherine et moi. L’audience nous salua.
Jermaine avait une veste noire avec des modèles d'argent dessus, il était parfait. Il chantait aussi très bien. Sa première chanson fut "Do what you do", et ils l’applaudirent, debout.
Ensuite, il prit une guitare et exécuta " Let’s get serious ", et il me semblait presque que Jermaine se tenait là et allait déclarer : Les Jacksons.
" Let’s get serious (and fall in love) " fut un énorme succès pour Jermaine et je pense encore que c'est une bonne chanson. J'aime comment Jermaine la présente et la joue à la guitare. De plus, cette chanson, sur laquelle Stevie Wonder l'a aidé à travailler, a de bonnes paroles.
Une autre chanson de Jermaine que j'aime beaucoup - son "Dynamite", un numéro excellent avec un tempo rapide.
Après un concert, le président de Gabon et sa famille ont tenu une réception dans notre hôtel. Leur fille aînée vit à Paris, mais elle a aussi à Gabon une merveilleuse maison au bord de la mer. Nous avons vivement communiqué et nous sommes allés se coucher seulement à l'aube. À notre plus grand regret, le jour suivant nous avons dû partir de nouveau et toute la famille présidentielle nous a accompagnés à l’aéroport.

Au retour de l'Afrique, Jermaine partit directement en studio en Atlanta. Il enregistra avec les producteurs L.A. Reid et Babyface l'album solo suivant. Ils sont tous les deux, des magnifiques producteurs et ont aussi travaillé avec les Jacksons.
Jermaine est un merveilleux interprète de ballades. Et je ne le dis pas parce qu'il est mon fils, mais parce que c'est vrai. Il chante les ballades simplement irréprochablement.
À propos, au Gabon, j'ai rencontré un des imitateurs de Michel Jackson. Il était, en réalité, un peu pareil que Michael et pouvait répéter à l’identique ses mouvements sur scène. Nous avons vu de tels imitateurs partout dans chaque ville et j'aime que tant de personnes essaient d'imiter mon fils. Cela signifie, qu’ils ont une bonne opinion de lui.
Les Jacksons ont beaucoup de fans au Gabon. J'espère qu'un jour ou l'autre, mes fils performeront de nouveau en Afrique, ils ne seront pas là éternellement.

En janvier 1992, le président du Gabon invita Michael aussi. A ce moment là, il ne pouvait, avec regret, accepter l'invitation, mais visita néanmoins le pays plusieurs mois plus tard pendant la tournée "Come back to Eden". Il fut salué dans les rues par plus de 100 mille personnes. Lobster Bongo remit à Michael une médaille d’honneur qui avait été reçue précédemment seulement par les grands politiciens comme Nelson Mandela.
Puis Michael partit en Côte d’Ivoire, dans la ville Krindjabo près d’une mine d’or, où le leader local Amon N'Djafok lendéclara comme l’honorable "Roi des gens de Sani". Pendant la cérémonie, un des membres de la tribu remit à Michael un manteau violet avec des bandes en or bleu foncé et vert. Ils lui mirent aussi une couronne sur la tête, on aurait dit un grand chapeau noir cousues de pièces en or plutôt grandes. De loin, dans la foule était assis un imbécile en or.
Michael s'approcha des plus âgés de la tribu et s’est assis sur un trône d'or et des femmes habillées en blanc le divertirent avec des danses. Les femmes bénirent Michael et prièrent à un arbre symbolisant la force et l'autorité, pour sa protection.
Avant de quitter la Côte d’Ivoire, Michael visita la capitale Yamoussoukro. Là bas, il examina la plus grande église du monde. Puis il partit en Tanzanie et au Caire. En Tanzanie, ils sortaient exactement des timbres avec son portrait. Et ses t-shirts et affiches étaient partout.
Des journalistes d’"Ebony" accompagnèrent Michael dans sa tournée africaine, et en conversation avec lui il a dit quelque chose, qui a très bien résumé pourquoi il aime tant les enfants :
« Les enfants sont déterminés par l’amour, ils ne répandent pas des rumeurs, ils ne se plaignent pas…ils sont juste innocents… Ils n’ont pas de préjugés et ils ne vous jugent pas sur la couleur de la peau… C’est un problème pour les adultes : ils ont oublié d’être des enfants. De plus c’est une source d’inspiration – de regarder les choses à travers les yeux d’un enfant. C’est important pour n’importe quel artiste, peu importe qu’il écrive des chansons, que ce soit un sculpteur, ou un poète. »
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:30

Chapitre 31 : Latoya


Bien avant que Latoya ne rencontre son manager, j’avais déjà, durant longtemps, travaillé avec elle et j’y avais mis beaucoup de forces, tout d’abord à améliorer sa voix.
Latoya fut un des derniers enfants de la famille à quitter la maison familiale. Elle a toujours été une fille délicate, elle gardait sa chambre propre, aimait regarder la télé. Elle détestait seulement cuisiner.
Enfant, elle ne quittait pas sa mère et suivait Katherine partout. Si nous avions des invités, elle se cachait, elle n’allait même pas faire du shopping toute seule. Latoya était même plus proche de Katherine que de Michael, elle a toujours été collée à sa mère.
Comme elle était très timide, elle développa une forte dépendance à sa mère. Vous devez considérer, que je travaillais alors jours et nuits et ne pouvais pas prendre beaucoup soin d’elle, comme je l’aurais voulu. J’étais donc plus que satisfait que Katherine et Latoya soient proches. Quand Kate était enfant, elle aussi était très timide, et je pensais qu’elles étaient semblables et par conséquent accrochées l'une à l'autre.
Pour dire la vérité, aujourd’hui, j'adhère à l'opinion que pour Latoya, cela aurait été mieux qu’elle rencontre d’autres personnes, elle n’aurait pas été aussi proche et aurait été mieux préparée à la vie.

Un jour, je fus d’accord avec Phil Spector, pour qu’il produise des chansons pour Latoya. Spector jouait avec un des fondateurs de la maison A&M, Marshall Leib, dans le groupe du nom "The Teddy Bears". Il écrivait de la musique pour "Spanish Harlem"et travaillait comme producteur avec Glen Campbell, Sonny Bono et Leon Russell. Il avait d’innombrables tubes des années 60, parmi eux "Be my baby" par "The Ronettes", "You’re lost that lovin` feeling" par "The Righteous brothers", et il était le co-producteur de l’album de John Lennon : "Imagine".
Dans les relations musicales, c’était un génie, mais les rumeurs disaient qu’il battait sa femme (Ronny de "The Ronettes), et courait autour de son énorme maison avec un pistolet. Je ne sais pas si cette rumeur a une parcelle de vérité, mais je sais précisément ce qui est arrivé avec ma fille. Aussitôt que Latoya fut arrivée chez Spector pour enregistrer là bas au studio, elle nous appela. Spector l’avait enfermée dans la maison de campagne et ne la laissait pas sortir. Ma femme était très inquiète. Elle a aussitôt appelé Marshall Leib, et il s’est occupé que Latoya revienne à la maison.
Après cela, j'observais plus soigneusement à qui je présentais Latoya car il me semblait clair qu’elle ne pouvait pas se protéger. Nous l’avions toujours préservée contre ces gens de Los Angeles, ils tenaient des nuits sans pause dans des boîtes et prenaient de la cocaïne et elle ne connaissait pas les dangers de la vie réelle parce qu'elle avait grandi sous notre tutelle.

Et c’est seulement comme ça que c’est arrivé, qu'elle s'est laissée prendre au piège de Jack Gordon – une personne étant déjà rentrée en conflit avec la loi - et l'employa comme manager. Plus tard elle l’épousa même. Bien sûr, il ne pensait qu’à la manière dont il pouvait se faire de l'argent sur elle et elle ne savait pas ce qu'elle pouvait faire avec cela, parce qu'elle n'avait jamais encore fait affaires avec des gens semblables.
Quand ils étaient ensemble, nous n'avions même pas le numéro de téléphone de Latoya, nous ne pouvions pas l’appeler et lui parler. Elle était prisonnière dans sa propre maison, ses gardes du corps l'observaient constamment. Elle fut si dépendante de lui, qu’elle dit des choses dégoûtantes à la télé sur moi et notre famille, qui ne correspondaient à la vérité.


Ses frères et soeurs devinrent très en colère à cause de cela et essayaient constamment de tout corriger. Marlon, pendant un programme sur une station de radio, appela et expliqua que ces accusations n’avaient pas la moindre parcelle de vérité. Rebbie exprima son opinion à la télé et beaucoup d'autres de mes enfants étaient courageusement de mon côté. Je leurs suis très reconnaissant pour cela, mais je n’ai néanmoins pas répondu sur ce dont Latoya m’avait accusé. Je ne savais pas que j’allais écrire ce livre, et ici je peux exprimer mon opinion sans avoir peur que quelqu’un m’interrompe ou présente les choses de façon déformée. De plus, les gens parleront plus si vous mettez publiquement quelqu’un à un endroit et que vous vous protégez de ces terribles rumeurs.

Je fus horrifié que ses mots se soient répandus dans le monde entier. J'avais consacré toute ma vie à créer une image positive de ma famille et maintenant Latoya avait mis carte sur table, déclarant qu’elle avait été molestée dans l'enfance.
Chacun de nous connaît des gens de familles détruites, dont les parents prennentt de la drogue ou sontalcooliques. Mes enfants avaient toujours à manger et de quoi s'habiller, ils avaient des frères et des soeurs avec qui jouer et rire, une mère toujours prête à écouter et un père qui les surveillait. Katherine et moi, nous prenions soins de nos enfants et étions toujours près d'eux. Personne n'a molesté Latoya quand elle était petite. Affirmer une chose pareille, entre autres, c’est être malhonnête envers les gens qui, durant l’enfance, ont vraiment dû passer par là et qui, finalement ont grandi dans des circonstances tragiques. Dans une interview à un magazine, Janet a dit qu’elle sentait que Latoya avait eu un lavage de cerveau, et c’était le cas.
Ce fut un cauchemar pour nous tous – de voir comment Latoya avait changé en se mariant avec Jack Gordon et dans quelle direction il avait avancé sa carrière. Et dès qu’ils eurent divorcé, il l’a ruina bien qu’elle n’ait jamais voulu l’admettre. Par exemple, elle avait des dettes d’impôts, et le département financier prit l’argent de Kate. Et le lendemain, Latoya expliqua à la télé qu’elle avait payé les taxes elle-même, c’était de purs mensonges. Quand elle était avec Gordon, elle causa beaucoup de tort à la famille, mais nous ne lui reprochons pas. Nous savons avec quelle personne elle faisait cela.

Mais la vie continue et comme c’est possible de le remarquer, elle a changé pour le mieux. Il reste encore beaucoup que je puisse souhaiter à mes enfants et à moi-même.
J'espère vivement que plus rien de semblable ne se produise. En attendant, Latoya dirige encore sa vie. Je suis prêt à tout moment à écouter les conseils au sujet de sa carrière, et je l'aiderai toujours.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:31

Chapitre 32 : Les problèmes de Latoya avec Jack



Avec le recul, il me semble maintenant que je n’ai pas facilement fait face aux problèmes que ma famille a confrontés dans les années 90. Bien sûr, les signes que les ennuis commençaient étaient déjà là dans les années 80. Une famille célèbre a toujours des personnes jalouses, et il y a des gens qui peuvent transformer à plusieurs reprises votre vie en enfer.
J’étais très occupé dans les années 80. J’étais le manager de Michael et Latoya, sélectionnais des chansons et recherchais un producteur pour Janet. Je cherchais alors un avocat juste qui pourrait trouvé facilement une aiguille dans une botte de foin.
Un avocat, familier de Michael, s’est présenté comme avocat inconnu du nom de John Branka. Je n’avais jamais entendu parler de lui avant et ne faisais pas confiance aux étrangers qui apparaissaient subitement dans la vie de mes enfants.
J’ai donc invité Branka chez nous, j’ai alors pu l’observer. J’étais impliqué dans mon travail de manager d’une manière très responsable et je voulais être confiant que le nouveau joueur de notre équipe opérerait dans l'intérêt de mon fils.
Je lui ai posé des questions habituelles sur de telles choses, par exemple, pourquoi il voulait travailler pour mon fils. Sa réponse me stupéfia : « Joe, je ne comprends absolument rien aux droits concernant les médias et le divertissement en général ». J'ai sérieusement commencé à m'inquiéter à savoir si la personne convenait pour représenter mon fils sur les questions juridiques. Sans compter que j’avais remarqué quelque chose, excepté son manque d'expérience : à mon avis, Branka parlait trop facilement. Je me demandais s’il accepterait de la cocaïne ou d’autres drogues mais ce n’était qu’une supposition. Je n’étais pas confiant. J’ai seulement pu prévenir Michael, que je n’aimais pas cette personne et qu’il n’était pas le meilleur candidat pour ce travail. Mais Michael était adulte et prit la décision lui-même. Malgré mon point de vue, il prit Branka, ainsi il fut engagé dans ses affaires de business, qui concernaient, entre autre, la tournée Victory, sur laquelle nous avions constamment travaillé avec Don King.

Depuis que maintenant, Michael appartenait à nombre de clients, Branka devint l'un des avocats les plus connus de Los Angeles, et à l'avenir représenta de telles personnes, comme Prince et Terence Trent D'arby, et c'est seulement deux noms pour un exemple. En attendant, je fus touché par les rumeurs qu'il s’asseyait sur la cocaïne, et je pouvais seulement espérer que celles-ci soient exagérées. Mais ce qui était la vérité, c'est que ni mon avocat, ni moi, n’avons pu téléphoner à John Branka quand les premières accusations contre Michael furent soulevées.

Revenons aux années 80 : j’avais beaucoup d’affaires avec le management de mes garçons, avec Latoya pour qui je cherchais aussi un avocat, et avec Janet que je voulais voir se tortiller comme une actrice ou une chanteuse. C’était clair que je devais déléguer à quelqu'un une partie de mes tâches parce que je ne pouvais pas faire face à plus d’un travail. J'ai dû urgemment prendre quelqu'un qui me soutiendrait, mais je ne pouvais néanmoins trouver personne en qui j'avais confiance.

Et c’est là que Jack Gordon rentre en scène. Jack avait déjà depuis longtemps exprimé le désir de travailler comme manager pour Latoya et je l’invitai une réunion chez moi pour en parler. Pour dire la vérité, notre conversation ne m'avait pas convaincu. Malheureusement, pendant sa visite Latoya est venue vers nous. Nous n'avions pas été préparés à ce qui allait arriver après ça.
Bien que j’étais décidé à ce qu’il ne puisse pas avoir de conversation sur le fait d’embaucher Gordon comme manager de Latoya, il réussit se faire aimer de Latoya. Il appelait quotidiennement, envoyait des fleurs et des cadeaux. Elle vivait encore avec nous mais avait l'âge mûr, et d’un point de vue légal, elle avait le droit de prendre sa propre décision. Katherine et moi avons tout fait ce qui était dans nos forces mais n’avons pas pu l'arrêter. Et un jour, par horreur, Latoya déclara qu’elle s’était décidée à employer Gordon comme manager. Je devais vraiment coopérer avec cette personne que je détestais. Mais j’ai obéis pour protéger ma fille.

Latoya était alors très timide, elle ne quittait la maison que très rarement pour aller quelque part, à part l'école et l'église. Et par conséquent, elle devint une extraction facile pour Gordon qui lui avait promis des montagnes d'or. J'ai été aussi occupé et ne pouvais pas être partout à la fois et il en a profité.
Il faisait souvent des réunions d'affaires pour Latoya en dehors de la ville, acceptait les photographes pour elle en Autriche - à cela aussi à Los Angeles, pour dire la vérité, il y a des photographes excellents - et voyagea avec elle au Japon. Il semblait que nous avions de sérieux problèmes, en fait au moment où elle fut à l’extérieur de la sphère de notre influence, il a aussi arrêté de donner de ses nouvelles, quant au co- manager, nous avons commencé à nous disputer à cause de ces actions.
Gordon a commencé à répandre sur moi tous les mensonges possibles. Il est parti chez l’ancien manager de Michael, Frank DiLeo, et lui a dit que j'avais essayé de l'étrangler. Je me suis demandé s'il avait présenté à ma fille le même mensonge pour la monter contre moi. Bien que je détestais Gordon, je n’étais pas si idiot pour lever la main sur lui, en plus je soupçonnais qu'il était armé. Jamais de la vie je ne l'ai opprimé. J’estimais que seule la police pouvait comprendre un type comme Gordon.

De toute façon, j’avais mon propre contrat d’enregistrement pour Latoya, et à mon avis, elle devait enregistrer quelque chose elle-même à partir de maintenant. Et Gordon avait d’autres représentations.
Il a voulu gagner rapidement grâce à Latoya et n'a rien fait pour lui donner une longue carrière dans le show business. Pour cela, il aurait dû répéter de longues heures avec elle et il n’avait probablement aucune patience nécessaire. Il ne s'est pas soucié de son image, la chose principale était qu’il pouvait gagner de l’argent sur elle.

Ce qui est arrivé ensuite apporta à ma femme un épuisement nerveux. Katherine pleura des semaines entières quand elle découvrit que Gordon s’était arrangé avec le magazine Playboy pour que Latoya soit prise nue. J’ai fais attention pendant des années pour que les enfants représentent une image positive, propre d'une famille noire et maintenant notre fille était photographiée nue. Mais nous ne pouvions faire rien, parce que quand nous l’avions découvert, tout était déjà arrivé
Pour rendre les choses encore pires, il arrangea les performances Latoya à la télé dans des talk-shows dans lesquels elle répondait à des questions qui n’avaient rien à voir avec sa carrière de chanteuse et qui tournaient seulement autour de notre famille. Les motivations de Gordon furent de plus en plus claires. J’employai des détectives privés pour le surveiller, lui et tout le reste, et ils me racontaient, je fus très étonné qu'il ne soit pas derrière les barreaux.

J’estimais en tout cas que Gordon était une personne extrêmement dangereuse et j’avais sérieusement peur pour la vie de Latoya. Puis la presse informa qu'il avait commencé à la battre. Ils dirent que pendant le séjour à Mainland, il lui donna deux yeux au beurre noir.
Mais c'était seulement le début du cauchemar. L'histoire que Gordon a épousé ma fille apparut dans les tabloïds. Latoya expliqua plus tard, qu'elle avait été forcée rapidement au mariage à Las Vegas. À mon horreur, Gordon devint subitement son mari.

Le 19 avril 1993, Latoya et Gordon s’assirent dans la salle à manger dans leur appartement à Manhattan. Latoya lui dit qu'elle voulait elle-même s’occuper de la partie financière. Dans une version qui apparut dans les médias, elle était inquiète à cause de cette affaire avec le département financier parce qu'elle avait compris que Gordon conduisait ses affaires à la légère et que les impôts seraient payés.
Au moment où elle il a dit cela, Gordon lui donna un coup de poing au visage et elle est tombée sur le sol. Elle se releva à peine et saisit un couteau pour le beurre sur la table pour se protéger, mais Gordon la frappa sur le dos avec une lourde chaise de fer et la tapa, jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau par terre. Latoya a, d'une façon ou d'une autre, réussi à appeler au secours. (Dans une autre version, ils ont dit que Gordon lui-même avait appelé la police parce qu’il pensait qu’il l’avait tuée).


De toute façon, Latoya avait perdu connaissance, elle saignait de la bouche et du nez. La police mit les menottes à Gordon. Latoya fut admise à l'hôpital où les docteurs établirent ses contusions sur les mains, les jambes et le dos. Elle ne n’a pas pu marcher pendant des jours et ils mirent 12 points de suture sur sa blessure à la bouche.
Ma femme était horrifiée et essaya d'entrer en contact avec Latoya, mais Gordon lui avait fait un tel lavage de cerveau, qu'elle fut terrifiée de parler à sa propre mère !
À ce moment là, je me suis arrêté et ai mené ma propre enquête. J'ai trouvé la femme qui était familière avec une des anciennes petites amies de Gordon à Las Vegas. Cette ancienne petite amie était prête à parler de Gordon, bien sûr je ne nommerai pas son nom ici parce qu'elle voulait rester inconnue. Elle aussi avait peur que Gordon lui fasse quelque chose s'il le découvrait.
Elle a dit qu'il lui avait fait la cour parce qu'elle avait un gros héritage mais finalement qu’il l'avait quittée quand elle fut déshéritée. Après cela, elle est soudainement tombée malade. Elle est allée chez le docteur et il a établi qu'elle souffrait des effets secondaires des médicaments. Bien qu’elle n’acceptait jamais de médicaments, elle ne pouvait pas exclure que Gordon en eut mis dans sa nourriture.


Quand j'ai entendu cette histoire, ce qui s’était passé avec ma fille m’est devenu clair. Latoya semblait pâle et avait fortement minci. Elle ne pesait que 44 kg qui, vu sa taille, signifiait un danger. Et elle avait des yeux si étranges. Mais je savais que Latoya évitait toujours les médicaments et cela m’a mis la puce à l’oreille.
Pendant la même période, tous les enjoliveurs de ma Jeep furent coupés et mon rottweilers Rocky fut accroché sur le portail de notre jardin. En plus de cela, nous reçûmes des menaces par téléphone. Quand un de nos avocat voulut aider Latoya à quitter son mari, sa femme et sa mère furent elle aussi menacées par téléphone. Nous avons fait une réunion de famille et avons essayé de nous glisser à la place de Latoya. Nous ne pouvions pas lui rendre visite si simplement dans son appartement parce que chez eux, il y avait des agents de sécurité armés et ils avaient des instructions précises - ne pas faire rentrer quelqu'un de sa famille. Apparemment, Gordon avait ordonné de faire garder notre fille toute la journée et la nuit. Et quand Latoya commença à répandre des mensonges sur la famille, nous ne pouvions rien faire parce que cela faisait un effet boule de neige.
Mais Katherine et moi ne pouvions pas laisser cela comme ça. Latoya est notre chair et notre sang. Nous avons cherché désespérément une manière de séparer Latoya et Gordon. Mais aussi, nous n’assumions pas que le pire était encore devant nous.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:32

chapitre 33 : La crise


A cette époque, nous étions très inquiets aussi pour Michael. Il devenait plus mince et plus pâle et avait complètement perdu le sens de l’humour. Il commençait à s’éloigner de plus en plus de la famille.
Michael a obtenu un des plus gros catalogue autorisé au monde, ATV, contenant les meilleures chansons de Paul McCartney, John Lennon et Sly Stone. Le catalogue était géré par MCA, et le contrat expirait, donc Michael devait décider à qui il transférerait la gestion car des millions de dollars étaient impliqués dans ces droits. Evidemment, MCA l’aurait gardé avec plaisir, mais Sony et les Warner Brothers, presque les plus grosses maisons de disques, essayèrent de l’avoir.
De plus, Michael regrettait d’avoir à partir en tournée. Il avait mené toute sa vie en tournée et voulait finalement être à la maison plus souvent et avoir l’occasion de créer une famille. Son manager, Sandy Gallin, pensait néanmoins différemment car il pouvait gagner essentiellement plus si Michael partait en tournait et vendait des disques, en fait il recevrait son pourcentage de cela. Il avait donc toutes les bases pour le conseiller, stopper tout contact avec nous parce qu'à son avis, nous lui donnions des conseils de non professionnels.
Nous n’avons pratiquement pu rien savoir de plus et ne pouvions être près de notre fils, mais entendions d’autres personnes, que Michael et Gallin avaient des désaccords, à cause de cela, Michael n'a voulu ni continuer la tournée, ni prolonger le contrat sur le management avec MCA. Cela ne correspondait pas aux intérêts de Gallin parce qu'il gardait contact avec les gens de cette branche qui étaient précisément heureux de l'événement.

David Geffen, dont la maison de disques était affiliée avec la compagnie MCA, et Gallin étaient amis depuis plus de 30 ans, quand eux deux travaillaient à Atlantic. Et ils étaient très proches. Je fus informé par des sources différentes, que depuis certaines semaines où la polémique autour de Michael avait atteint le sommet, Geffen avait appelé plusieurs fois par jour au bureau de Gallin.
En tout cas, j’étais inquiet que ces deux là puissent créer des problèmes à Michael s'il ne faisait pas ce qu'ils voulaient. Geffen était l’un des plus puissants de Hollywood. Lui et Gallin avaient activement aidé des patients du SIDA et avaient organisé une grosse campagne de charité. Pour dire la vérité, jusqu'à la fin ce ne fut pas clair pour moi, sur quelles chaînes tout l'argent qu'ils avaient gagné, allait s’écouler.
Je ne pouvais simplement pas comprendre Gallin et Geffen parce que j'avais l’impression que Gallin voulait faire du profit sur Michael.
De toute façon, Gallin et Michael s’étaient disputés à cause de la tournée, et Gallin avait menacé Michael, que s’il le licenciait du post de manager, alors il ne mettrait plus un pied sur le sol américain. Cela me rappelait le temps des listes noires quand les acteurs étaient déshonorés s’ils n‘obéissaient pas aux puissants de ce monde.
Puis soudainement, les accusations contre Michael furent soulevées. Je ne peux pas dire que Gallin ou Geffen aient un rapport là dedans, mais je fus néanmoins très étonné que personne, à part Louis Farrakhan, Arsenio Hall et Liz Taylor, n'ait défendu Michael. Tous les amis célèbres que Michael avait aidés tant d'années, s’étaient détournés de lui. Hollywood peut être très mesquin. Mon fils – certainement une des personnes les plus connues au monde, s’approchait parfaitement de la cible des attaques dégoûtantes. De plus, son manager ne bougea pas le petit doigt pour entreprendre quelque chose contre ça. Quant à nous, la famille, il ne s’adressait pas non plus.
Ce qui m'irrite le plus, c'est le mensonge entier. Quand ils déclarèrent que Michael avait apparemment molesté l'enfant, il était possible de le lire dans n'importe quel journal, dans la section des rumeurs, et à la télé ils l’avaient annoncé aussi. Mais quand la journaliste, Marie A.Fisher, alla finalement jusqu’au bout, et resta derrière tout ça, ce fut presque inacceptable !
Certains croient toujours que mon fils est un homosexuel ou a réellement fait quelque chose de mal mais c'est un mensonge !
Ces éternelles rumeurs me blessent ! La question, c’est seulement l'argent de Michael !
Je dirai ça comme si c’était pour de vrai, et j'espère que cela m’apportera un certain bénéfice.

Tout commença quand la voiture de Michael fut en panne sur le boulevard Wilshire. Près de là passa un salarié de l’entreprise de vente de voitures d'occasion, et il suggéra à Michael de le prendre avec lui à son entreprise où il pourrait louer une autre voiture. Ils étaient spécialisés en location de voitures très chics pour les célébrités donc ils pourraient aller n'importe où sans avoir peur des fans. Dave, le propriétaire de l’entreprise, était là ce jour là, et quand mon fils arriva, il appela immédiatement sa femme June pour lui dire qui venait lui rendre visite. Le fils de June, issu d’un premier mariage, était fan de Michael Jackson.

June Chandler Schwarz arriva immédiatement avec ses 2 enfants – sa fille âgée de 6 ans, issue du mariage avec Dave et son fils, du mariage avec le dentiste et romancier Evan Chandler. June était une femme attirante – une ancienne modèle avec de longs cheveux bruns si beaux, que son apparence dans la rue pouvait paralyser la circulation. Mais même si Michael s’était aussitôt intéressé à elle, il ne lui serait jamais venu à l’idée de détruire une famille.
Mais les deux enfants aimèrent Michael, cela arrive à la majorité des enfants.
Par la suite, Michael, qui voulait passionnément avoir sa propre famille, se lit d'amitié avec la famille Schwarz, en fait June, qui sans aucun doute aimait aussi mon fils, lui donna volontairement son numéro de téléphone au domicile. Michael prêta attention à June et à ses deux enfants, vola avec eux à Monaco, alla à Disneyland. Il n'avait pas pris en considération la bassesse d’Evan Chandler, le père du garçon.

Evan Chandler avait des problèmes avec son allocation dentaire parce qu'il travaillait négligemment. Quand son mariage s'est brisé, June acquit le droit de garde de leur fils cadet et Chandler dût lui payer la pension alimentaire, 500 dollars par mois. Néanmoins, il ne payait pas à temps et quand il leva les charges contre mon fils, il devait déjà payer à June 68 mille dollars. Je m’étais alors déjà demandé si c'était la vraie raison de son intérêt soudain pour mon fils.
Quoi qu'il en soit, il invita Michael à leur rendre visite, lui et le fils de June, chez eux, quand il a entendu parler de la relation amicale de Michael avec son ancienne épouse et leur enfant commun. Il proposa même que Michael reconstruise sa maison de sorte qu'il ait sa propre chambre là bas. Quand la supervision de construction l’interdit, il exigea de mon fils de lui acheter une nouvelle maison.
Son comportement était tout d’abord inhabituel parce qu’il ne supportait pas que son ex-femme ait des contacts avec d’autres hommes. En général il était vraiment jaloux. Et il avait obtenu un avocat qui était en même temps son patient - Barry Rothman. Pour Rothman, les conflits autour des gardes n'étaient pas nouveaux. Il avait déjà représenté une femme dans une dispute féroce pour le droit de garde, et avec l’aide d’un ami – un thérapeute, avait prouvé que le garçon avait été molesté par son père.

Retournons à June Chundler Schwarz, qui en attendant avait classé le divorce d’avec Dave. Probablement, elle était tombée amoureuse de Michael, ou lui avait permis de la consoler parce que son mariage avait échoué, en tous cas Michael l’invita, elle et ses enfants, au ranch à Santa Barbara.
Et Michael avait déjà fini depuis longtemps ses relations avec Tatum O'Neil, Brooke Shields, la jeune danseuse, Stéphanie de Monaco et les quelques autres femmes. Brooke, bien qu’elle portait son anneau, était amoureuse de quelqu'un d'autre. Michael a aussi rencontré Madonna, mais rien n'est sorti de cette histoire.
Michael était donc libre pour June. Parfois, il lui rendait visite chez elle dans les gorges de Santa Monica, parfois elle venait au ranch. Il commença a penser à s’unir avec elle pour adopter les enfants. Quand il vola à Monaco pour les World Music Awards, il prit les trois avec lui et les présentas à la princesse Stéphanie.
Quand Rothman découvrit que Michael Jackson était ami avec l’ex-femme de son dentiste, il offrit ses services d’avocat à son dentiste.
Puis il déclara que Michael avait touché le fils du dentiste. Nous avons découvert cela dans les journaux, mais là bas, il n’y avait néanmoins aucun mot à propos des circonstances dans lesquelles le petit garçon avait donné les indications.

Naturellement, Chandler en tant que dentiste, avait un stock de médicaments à son cabinet, et je pensais que probablement le garçon avait fait ses propos au thérapeute sous l’influence de certaines drogues.
Au moins, cela me fut confirmé par un ancien employé de Rothman dans une lettre personnelle. L'enfant était vraisemblablement sous l'influence de médicaments puissants et n'a pas su de quoi il parlait. Si c'est la vérité, c'est une histoire vraiment méchante, et même aujourd'hui je ne voudrais pas penser cela - c'est terrible.
Ne sont pas claires pour moi les raisons pour lesquelles Chandler a soudain été défendu par un autre avocat du nom de Larry Feldman. Feldman n’a jamais découvert, en quelles circonstances le garçon avait dit les choses et les avocats de Michael ne pouvaient vraisemblablement pas interroger le garçon pour lui poser des questions sur sa version. Probablement, le garçon aussi ne découvrit pas à quel point Michael était accusé. Mais je peux seulement assumer tout cela car depuis, le garçon a disparu. Michael non plus, ne pouvait pas dire son point de vue sur l’histoire car les deux côtés avaient fait un accord que ce ne serait jamais mentionné.
Mais je n’ai pas juré que je serais silencieux sur comment les rumeurs d’Hollywood ont nui à mon fils.
De toute façon, les journalistes avaient spécifié que Chandler avait confessé qu’il avait inventé ces accusations seulement pour avoir le droit de garde de son fils et se faire " plein d’argent".
Par conséquent, il voulait détruire la carrière de Michael. Et quand on lui demanda si ça apporterait un bénéfice à son fils, Chandler déclara que ça ne lui importait pas.

Pour le reste était ajouté que Michael a été trop épuisé pour se protéger. Nous étions inquiets à propos de notre fils, donc Katherine, Rebbie et moi avons volé à Taiwan pour lui rendre visite. Sans compter qu’avec les concerts, Michael s'était complètement isolé. Par conséquent, une soirée, Rebbie et moi avons marché directement à sa chambre d'hôtel et avons frappé à la porte.
« Qui est là ? », Michael demanda avec une voix faible.
Nous nous sommes nommés, et il nous a ouvert. Nous avons parlé un petit peu et l’avons invité à dîner avec nous. Michael a poliment expliqué que malheureusement il ne pouvait pas manger avec nous, car maintenant il se connectait à son compte-gouttes.
Je l’ai regardé en pleine confusion. Mon fils n’acceptait plus aucune nourriture, il était alimenté en intraveineuse de sorte qu'il puisse continuer la tournée ! Durant ce moment, je n’ai pas pu faire ou dire beaucoup, mais je fus effrayé pour la santé de Michael.
Nous sommes restés près de Michael pour un concert, puis sommes repartis à la maison parce que mon père était très malade également je ne savais pas si j'aurai une autre occasion de le voir.
Et comme si ce n'était pas assez, est apparu quelqu’un qui clama qu’il était la personne qui avait écrit "We are the world" et d'autres chansons, et il a pris des mesures légales contre Michael.

Au Mexique, où la tournée est venue par la suite, Michael enregistra des indications sur vidéo et ensuite cela s'effondra. Je m’attendais à cela, depuis que nous lui avions rendu visite à Taiwan, mais que pouvais-je faire ? Le manager de Michael et moi-même ne nous comprenions pas, et Gallin incitait constamment mon fils à ne pas me parler.
Le plus triste de tout cela fut que Michael ne voulait pas du tout faire cette tournée il était simplement trop épuisé. Seulement parce que Gallin avait insisté pour la tournée, Michael mangeait par voie intraveineuse, et je me posais réellement une question : si des drogues étaient contenues dans ses injections. De toute façon, il ne récupéra jamais jusqu’à son évanouissement au Mexique. Ses fans n’imaginent même pas à quel point il était proche de la mort.
En attendant, le sujet des attouchements d'enfant était de plus en plus gonflé dans les médias. Le "National Enquirer" s’adressa même à un de mes amis et suggéra 100 mille dollars s'il déclarait que Michael avait molesté ses enfants ! Mais mon ami refusa cet argent, sans compter que ses enfants n'étaient pas du tout familiers avec Michael, et il ne voulait pas faire affaire avec un business aussi dégoûtant.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:33

Chapitre 34 : Michael se défend



Cette campagne honteuse dans les médias battait son plein, et les accusations contre Michael avaient commencé à vivre leur propre vie. J’étais très ennuyé par cette histoire. Ma santé empirait et j’avais peur de faire de nouveau un accident vasculaire cérébral s’il y avait encore de mauvaises nouvelles. Toute la famille se réunit dans le studio de télévision pour nier ce qui était reporté dans les médias, mais assez étrangement, le programme n’a pas pu être diffusé pour cause de problèmes techniques. Tout était si étrange, comme si des forces malicieuses voulaient nous empêcher de dire la vérité.

Je fus ravi que Lisa-Marie fût à ce moment aux côtés de Michael. Elle le connaissait déjà depuis longtemps car son père, Elvis Presley, était venu avec elle à une des performances à Las Vegas, que j’avais organisée à ce moment là pour les Jackson 5. Tous les deux étaient depuis l’enfance habitués aux feux des projecteurs, et Lisa-Marie comprenait très bien Michael. Elle l’aimait déjà depuis longtemps, mais Michael n’avait pas dit un mot à la publicité à propos de ce qu’ils planifiaient. Après l’histoire avec la danseuse, il était devenu plus prudent.
Mon fils était précisément en Europe avec Lisa-Marie quand mon père décéda et nous sommes allés à l’enterrement. Cela a eu lieu un dimanche, et le lendemain je ne suis pas retourné à la maison. La police, pendant ce temps, avait obtenu un mandat pour une fouille dans la maison de Los Angeles, sans nous informer, et quand ils nous appelèrent, ils avaient déjà fouillé la chambre dans laquelle Michael ne vivait plus depuis déjà 10 ans. J’ai appelé Terry Bingham, mon avocat, qui informa immédiatement l’avocat de famille qui vivait près de chez nous. Mais quand il arriva, le mal était déjà fait. Les choses que la police avait détruites durant leur fouille ne nous ont jamais été redonnées, et tout cela me semblaitêtre une chasse aux sorcières. Ils n’ont rien trouvé…
Je me demandais si un de nos employés avait donné des indications à la police que nous ne serions pas à la maison ce jour-là. Puis tout le monde essaya d’interférer et de s’enrichir sur ce malheur. La situation devint hors de contrôle.

Terry avait recommandé à Katherine et moi un avocat du nom de Johnny Cochran. Nous connaissions Johnny avant, et il nous a défendu vigoureusement. Tout d’abord, il arrêta les tentatives dans les tabloïds d’offrir de l’argent à nos amis pour qu’ils disent des mensonges sur Michael et sur nous. Puis, sous notre pression, le bureau de Michael l’employa aussi.
L’avocat de l’adversaire était, comme ce fut mentionné, Larry Feldman, connu pour se faire de l’argent sur les clients.
La police fouilla le ranch de Michael, et Michael eut à se déshabiller pour permettre de se faire photographier, ce qui était monstrueux, puisque le procès n’avait même pas encore été planifié. Mais Michael, même sans cela, n’avait aucune chance d’avoir un procès équitable, dans les médias il était déjà condamné.
Ensuite, dans le procès criminel contre Michael, ma femme fut prise comme témoin. Seule une mère peut dire la vérité sur son fils et quand Katherine exposa son point de vue, l’enquête fut arrêtée. Il y avait encore un procès civil, dans lequel Larry Fledman et Chandler étaient intéressés par l’argent de Michael. Pendant qu’il y avait l’enquête, les managers et avocats de Michael nous spécifiaient constamment – de ne pas nous exprimer, car tout ce que nous dirions serait immédiatement déformé par la presse, et pour Michael, c’était mieux que cette affaire s’arrête progressivement d’elle-même. Mais cela ne s’arrêtait pas, et prenait des proportions énormes. Les managers de Michael ne disaient pas un mot au public pour sa protection et je n’ai jamais pu le comprendre.
Bon, Michael se séparera de lui plus tard, et il n’a plus jamais eu de réel succès.
D’ailleurs, un jour j'ai découvert une photo sur laquelle Chandler avait été pris avec Gordon et Latoya. Soudain toutes les pièces du puzzle furent réunies et j'ai compris l'affaire. Ma famille avait été poignardée dans le dos.


Janet soutenait Michael de sa propre manière. Elle portait un tee-shirt avec une inscription "Perverse n° 2", à un des événements musicaux, avec cela elle voulait exprimer que Michael n'était pas du tout le pervers que les médias avaient fait de lui. Elle soutenait Michael et n'allait pas gober les fausses rumeurs sur lui. Jermaine donna une explication à la télé et tout le reste de la famille s’est aussi exprimé. Je savais que les fans de Michael n’étaient pas des idiots, et il y a toujours eu assez de gens à ne pas croire un mot écrit dans les tabloïds.

De plus, les gens s’approchaient même de moi et disaient qu’ils savaient que Michael n’avait rien fait de mal. Une dame qui travaillait à MGM à Vegas, expliqua à notre avocat que son ex-mari avait violé un de ses enfants, et elle savait complètement précisément toutes les motivations et le comportement du violeur. Son mari avait pris soin d’éviter de se montrer en public trop souvent près des enfants car il ne voulait en aucun cas qu’on pense qu’il était pédophile. Michael est tout le contraire, il n’a jamais caché le fait qu’il aimait les enfants que c’est pourquoi il ne colle pas du tout avec cette image. La dame avait raison. Vous vous rappelez encore, je vous ai parlé de comment Michael était fou à Gary des enfants et des animaux ? En réalité c’est exactement ce qui fait sa plus belle qualité d’artiste – il aime voir les autre personnes heureuses. Les gens qui inventèrent ces rumeurs doivent voir honte d’eux. Je n’aime pas que les médias américains puissent détruire en un délai très court, 30 ans de travail. Je suis conscient que d’autres célébrités perçoivent ces sentiments aussi, et maintenant comme je l’ai dit, ce qui arriva, beaucoup d’entre eux le comprirent.
Dans le court-métrage de Michael "Ghosts", le meilleur film qu’il a jamais fait, il y a une ligne que vous devez écouter très attentivement : « Dites-moi, êtes-vous les fantômes de la jalousie ? »

Michael réagit à tous ces mensonges et épousa Lisa-Marie. Dans leur première interview ensemble, la journaliste demanda au couple nouvellement marié s’ils avaient des relations sexuelles. Pouvez-vous imaginer que cette question eut été posée à Paul McCartney juste après son mariage d’avec Linda ? N’importe quel journaliste demanderait-il à un couple marié s’ils couchent ensemble ? Pour quoi deux personnes se marrient-elles ? Pour ne pas avoir de sexe ? La question était offensante.
Mais Lisa est un petit trésor, et la contre-attaqua par : « Oui ! Oui ! Oui ! » Je l’adore pour cela.
Et Michael pensa la même chose. Lui et Lisa avaient beaucoup en commun. Beaucoup de gens ne le savent pas, mais comme Michael, Lisa a grandi avec la cuisine noire. La nounou de Lisa était une femme noire du des États du Sud et elle a suivi Michael avec plaisir dans cette prédilection mutuelle puisque Michael aime lui aussi la cuisine de Kate. Près de Lisa, Michael n’avait pas à avoir peur qu’elle n’en veuille qu’à son argent, elle en avait assez à son nom. Il savait qu’elle ne voulait que son amour. Et elle comprenait la pression constante qui était sur lui en tant que star, en fait avec son père c’était la même chose, et elle, en tant que seul enfant d’Elvis Presley, elle l’avait testé sur elle.
De toute façon, Lisa était et reste un grand amour dans la vie de Michael. Quand je pense à eux deux, je souris toujours. Leur amour me faisait chaud au cœur.
Malgré toutes ces rumeurs, ces deux là sont toujours proches. Quand Michael devint père de deux enfants de Debbie Rowe, qu’il nomma en notre honneur à Katherine et moi, Lisa était toujours une bonne amie. Mais parfois, la presse informe seulement des mauvaises choses, et c’est ainsi que personne n’a pu lire que Lisa-Marie avait volé avec Michael en Afrique du Sud, ou qu’ils vont souvent ensemble dîner. Debbie a toujours su, de toute manière, que Michael aimait Lisa, et je le pense aussi.
Debbie et moi nous sommes jamais rencontrés, mais avec Lisa, la famille est resté en contact, aussi après le divorce. Elle tient une place vraiment spéciale dans le cœur de Michael.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:34

Chapitre 35 : La Presse



Un des plus gros problèmes que ma famille a du affronter durant des années, c’est la presse. C’est un dilemme car d’un côté c’est nécessaire, de l’autre côté ce serait si bien de réussir sans cela.
Vous devez en fait savoir que ma famille ne pouvait pas supporter l’ancien manager de Latoya, Jack Gordon. Il lui a causé beaucoup de chagrin, et je ne peux pas exprimer combien je suis heureux qu’elle ait quitté cette personne. Pour dire la vérité, nous en ressentons les conséquences encore maintenant.

Commençons par le thème du traitement cruel avec les enfants. Je ne me souviens plus si Latoya l’a fait ou si c’est Michael mais cela m’affecta vraiment.
Retournons à Michael quand il était petit. Déjà, à deux ans, il était bien plus développé que les autres enfants de cet âge. Nous avions déjà quatre garçons et deux filles, donc ce fut plutôt fatigant – d’avoir un septième enfant qui était plus intelligent que nous tous, réunis. Cela nous coûtait, de toute façon, de gros efforts de le cadrer. Quand, fatigué après mes deux emplois, je m’asseyais dans le salon, parfois il arrivait que Michael joue du basket-ball avec son petit biberon et utilise ma tête comme panier. Bien sûr, je ne pouvais pas me mettre en colère, il ne voulait pas me blesser et c’était drôle, mais je compris plus tard que je devais prendre des mesures drastiques.

A trois ans, Michael continua à jouer du basket-ball et il commença à utiliser sa chaussure. Mais il était aussi devenu plus habile et parfois il m’échappait. Katherine et moi étions déjà d’accord sur le fait qu’elle punisse les filles et moi les garçons, donc je tapais légèrement ses fesses, pas trop fort, simplement pour qu’il sache qu’il ne puisse pas faire ça.
Quand Michael avait quatre ans, il pouvait courir si vite qu’il avait le temps de m’échapper avant que je ne puisse lui donner une fessée. Il se glissait simplement sous un lit, et là personne ne pouvait l’atteindre. Après un moment, nous étions encore morts de rire quand il refaisait quelque chose de stupide et une grosse fessée déculottée l’attendait.

Je n’ai jamais touché Latoya, c’était l’affaire de Katherine. Ainsi vous pouvez vous imaginer combien cela a sonné étrange pour ma femme et moi quand sont apparus des messages comme quoi nous battions nos enfants. Une boule de neige peut causer une avalanche, mais c’est important pour moi que le public découvre la vérité.
Ainsi, je me suis précipité d’un extrême à l’autre, déchiré entre le désir de m'adresser aux caméras et de faire des propos, ou de rester silencieux pour ne pas alimenter les rumeurs.
Beaucoup de gens ne réalisent pas du tout que ces accusations étaient absurdes. Depuis les années 60, mes garçons ont grandi, donc dire devant tout le monde que je les traitais si mal, cela ne passerait pas inaperçu. De plus le petit Michael était si rapide pour moi, que je ne pouvais à peine le suivre.

Quand Michael devint superstar, il se plaignit de ne pas avoir eu d’enfance. Bien sûr, je l’habituais à travailler. Mais en réalité, il y a des enfants qui n’ont même pas la chance de travailler car ils meurent de sous-nutrition ou d’épidémies. Et bien sûr, il ne jouait pas avec les enfants du voisin, mais finalement il avait plusieurs frères et sœurs, et il n’a jamais eu la solitude d’un fils unique. Mes enfants jouaient tout le temps ensemble dans le jardin de la maison. Je ne peux donc pas ressentir de la sympathie. Chez nous, il y a toujours eu des règles de bases, il y avait un repas traditionnel sur la table, il y avait des vêtements, un toit sur leur tête et des parents qui restaient ensemble, qui s’aimaient et qui encourageaient leur enfants, promouvaient le développement de leurs talents. Et c’est exactement ce qui mena Michael à devenir le meilleur artiste au monde.

Je fus détruit quand Michael dit à Oprah qu’il vomissait quand il me voyait. Michael doit être reconnaissant pour tout ce qu’il a eu durant l’enfance. Aujourd’hui, il y a tant d’enfants noirs qui ne savent pas du tout qui est leur père. Et s’il a un problème avec le fait qu’il a dû tant travailler depuis l’enfance, il doit le résoudre en privé et ne pas dire publiquement des choses pareilles.
Lui et Latoya doivent comprendre combien quelque chose comme cela sonne stupide. Katherine et moi avons créé une base pour qu’ils puissent accomplir leurs rêves. Ils pensent probablement que c’est un dû, parce qu'ils ne savent pas ce que c’est - de ne pas avoir des parents qui vous aiment. Mais de toute façon, quoi qu'ils disent, cela ne m’a jamais m'empêché de les aider dans le futur.
Pour dire la vérité, je n’ai toujours pas surmonté ce qui a été dit sur Michael durant le temps ou Chandler l'accusa. Je peux faire face aux médias qui me lancent de la boue, mais clamer que Michael a sexuellement molesté un enfant, c’est déjà trop. Dans un certain sens, les médias ont nui à Michael, autant que les personnes qui l'ont accusé. Même dans un article d'un bon journaliste, il était toujours possible de lire entre les lignes que Michael avait fait quelque chose d’incorrect. Personne n'a pris en compte que les raisons de ces accusations étaient l’avidité.

Je vais vous donner un exemple d’une apparition d’une nouvelle similaire et fausse. Quand Michael et Lisa-Marie divorcèrent, un journaliste de B.R.E, Steve Ivory, en parla devant les caméras. Il n’avait aucune preuve de ce qu’il était en train de dire car il n’était absolument pas familier ni avec Michael, ni avec Lisa-Marie., mais il clama, que les scientologues - l’Église à laquelle appartenait Lisa-Marie – l’avait forcée à quitter Michael. Ivory déclara dans ce programme qu’il connaissait Michael depuis les années 70, mais ce sont des mensonges complets. Au maximum, il pouvait être familier avec lui en tant qu’artiste – sur scène pendant les répétitions, mais en fait c’est loin de signifier être ami avec un artiste et connaître ce qui se passe dans la vie prive de Michael.
Des choses similaires arrivent constamment si des journalistes musicaux se confondent dans les rumeurs autour de la vie de Michael. Cela m’a rendu très furieux car les avocats de Michael ont informé tout le monde du divorce, et c’était clair que malgré le divorce, Lisa-Marie et Michael étaient restés amis. De plus, c’est l’affaire de personne, à quelle Église Lisa Marie appartient, et cela me semble terrible que quelqu’un ne la connaisse pas du tout et clame que son Église a fait pression pour qu’elle divorce.

Néanmoins Ivory déclara aussi que Michael avait un problème à vivre avec quelqu’un. Il jugeait probablement les autres par rapport à lui. En aucun cas il n’avait la moindre preuve de pourquoi ils avaient divorcé, et Michael était vraiment dans une condition à partager sa vie avec quelqu’un. C’est simplement mesquin de dire des choses pareilles à propos d’un couple qui est encore maintenant très proche.
C’est même plus étrange, quand les journalistes n’ont en général, pas de sentiment ni de tact. Par exemple, Tony Panzera a travaillé de nombreuses années pour le magazine "Soul". Quand Panzera partit, plein de photos sortirent subitement des archives du magazine. Certaines de ces photos, des photos des enfants de Michael incluses, émergèrent dans le livre que Panzera écrivit. Ivory, comme un écrivain fantôme, bien sûr pour de l’argent, avait participé à écrire ce livre.
Cependant, plus tard il accepta l’offre de l’agent de presse de Michael, d’écrire la biographie musicale de Michael. D’un côté, il prit l’argent de Panzera pour la contribution du livre qui se lit comme un article de tabloïd, puis il accepta de l’argent de la maison de disque de Michael pour pouvoir écrire les pics de la carrière de mon fils. Et jusqu’à la fin, il répandit aussi des rumeurs répugnantes à la télé.
Il est dégoûtant pour moi, quand des gens déclarent d’eux-mêmes pouvoir juger notre famille. Ivory et Panzera sont seulement deux exemples d’infraction avec lesquelles nous avons constamment lutté.
Il me serait surtout plaisant si les journalistes étaient limités à informer sur la musique, les films ou les performances de mes enfants, au lieu de faire des histoires que ce qui se passe dans leur vies privées.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:35

Chapitre 36 : Le dégoûtant Business



Déjà avant la tournée Victory, j’avais des problèmes avec les labels d’enregistrement de Michael. Je voulais organiser une tournée pour la promotion de "Thriller" qui avait réalisé un chiffre de vente record. Mais à ma déception, les chefs de la maison de disques refusèrent de me soutenir. Je ne veux pas dire que la raison à cela était le racisme, mais je suis conscient que les groupes de rock blancs qui vendaient moins de disques que mon fils avaient un fort soutien financier.
Même plus, je fus affligé que le label ne fût pas loyal envers les Jackson. Je me souviens encore bien que CBS
avait presque fait faillite quand les Jackson et moi sommes allés à Epic, qui appartenait alors à CBS. Le succès de mes fils contribua CBS à joindre les deux bouts et sauvèrent toute l’entreprise.
En attendant, la compagnie avait gagné des millions de dollars sur les albums des Jackson et de Michael "Off the wall" et "Thriller". Mais malgré cela, CBS ne voulait pas mettre un dollar dans la tournée. J’étais choqué.

Mais je ne permis pas aux dirigeants des maisons de disques de m’arrêter. J’avais confiance en mes enfants et avec Don King, dont j’ai déjà parlé, nous sommes partis chez Pepsi. Prêtez attention au fait que c’était un nouvel engagement. Aujourd’hui, pour les artistes comme Britney Spears, c’est assez facile de recevoir des sponsors, mais c’est seulement parce que nous leurs avons ouvert la voie avant.
Bon, et après CBS nous abandonna son soutien, le label fut acheté par Sony et la compagnie fut dirigée par Tommy Mottola. J’espérais que grâce à cela, la position de mes fils allait s’améliorer mais au contraire ce devint pire.

Les années passèrent et j’observais le peu qui avait été fait pour l’album des Jackson "2300 Jackson
Street". Le "History" de Michael ne fut pas non plus assez promu. Finalement, la déception de Michael commença à devenir publiquement connue. En 2002, il fit une conférence de presse à New York où fut montré un poster du portrait de Mottola où il avait été représenté malicieux et laid.

J’avais déjà entendu que le divorce entre Mottola et Mariah Carey ne s’était pas si bien fini. Le frère de Mariah clama sur Internet que Mottola avait menacé les chefs de stations de radios qu’ils auraient des ennuis s’ils mettaient le single de Mariah qui avait été enregistré chez Virgin. Virgin avait payé pour Mariah, 50 millions de dollars, qui devenaient plus tard un problème car avec eux, elle a vendu si peu de disques qu’avec Sony. Le frère de Mariah clama que Mottola interférait avec les ventes. Peu importe la raison, EMI (le chef de la compagnie Virgin) encourait d’énormes pertes et dût licencier des centaines d’employés.
Michael donna ses sentiments d'une manière particulièrement plus radicale que Mariah, et accepta le soutien de notre avocat Johnny Cochran et le grand Al Sharpton dans la protestation contre Mottola. Les affaires se prolongèrent et bientôt j’entendis qu’il était rejoint par des artistes comme Céline Dion et Marc Anthony qui demandaient que leurs rapports financiers sortent.
Dans notre business, il y avait déjà de nombreux cas de duperie en honoraires et nous nous attendions à ce problème. J’attendais seulement que Michael lui-même fasse attention à cela.
Simultanément, le conseiller en impôts de Michael fit le contrôle d'audition de la fédération de l'industrie musicale RIAA, la seule organisation qui trace les chiffres de ventes d’albums à la maison de disques.
À cause de ce conflit d’intérêt, Michael ne pouvait jamais avoir confiance qu’ils ne lui mentaient pas sur les chiffres de ventes.

Un autre problème auquel Michael résista – le népotisme. (Favoritisme) Bien sûr, c’est la chose la plus banale dans notre business, mais Mottola se comportait comme si l’entreprise entière lui appartenait au lieu des japonais. Par exemple, Mottola avait employé son vieil ami Jerry Greenberg, il pouvait ainsi superviser le label MJJ de Michael. Greenberg employa à son tour des proches et des amis.
Greenberg avait précédemment travaillé à l’entreprise Atlantic et était un vétéran dans l'industrie musicale. À la fin des années 60, je lui envoyai la démo-enregistrement des Jackson 5, mais il la rejeta et je ne le lui pardonnai pas. Mais grâce à Barry Gordon il a de la valeur maintenant.


Michael aussi offrit à sa sœur Rebbie, un contrat d’enregistrement dans sa compagnie, et l’avocat de Michael réfléchit pendant 11 mois avant de répondre à l’appel de l’avocat de Rebbie et au final lui offra un contrat standard. Le meilleur single de l’album, "Fly away", une chanson écrite par Michael, n’est jamais apparue sur le marché car Mottola ne voulait apparemment pas sortir une chanson de Michael. Ils laissèrent l’album de Rebbie mourir avant de commencer à le mettre en vente. Sony refusa aussi de sortir le second vidéoclip et le second single de Rebbie.


La même chose concerne mon autre groupe, 3T, qui avait aussi signé un contrat avec Michael à MJJ. Ce groupe est formé des trois fils de Tito, ils ont un look parfait et chantent parfaitement bien. À mon accablement, ils ne furent presque pas promus aux États-Unis et leurs remarquables chansons ne furent pas mises à la radio. J’estimais que ces personnes de la maison de disques n’avaient pas essayé autant qu'elles ne le pouvaient et cela m’a dérangé.

L’année dernière, Mottola rejeta chaque album fait par Michael et demanda de retravailler dessus. Mais les chansons de Michael étaient magnifiques et elles méritaient d’apparaître rapidement sur le marché. Au lieu de ça, la compagnie retarda la sortie de chaque album. Il était possible de penser qu’ils voulaient l’amener à des difficultés financières donc ils avaient accès à ses droits sur les Beatles et Sly & Family Stone qui sont estimés à 1,3 billions de dollars. En règle générale, les droits d’une chanson reviennent encore à la star si la compagnie les rejettes, mais Моttola se les approprias simplement. Et les millions de pertes des chansons qui n’atteignirent pas les fans, ce fut parce qu'il était nécessaire de les réenregistrer beaucoup de fois sur le compte de Michael.

"Invincible", par exemple coûta au total environ 30 millions de dollars. Mais pensez que : à Motown, mes fils enregistraient les voix en une semaine et ces tubes jouent encore à la radios donc ils ne peuvent pas être si mal. De tout façon, Michael n’a pas besoin d’années pour enregistrer une douzaine de chansons. La seule chose est que les autres gens veulent faire du profit sur lui.
La même chose concerne les vidéoclips. Ils coûtèrent à Michael des millions qui plus tard ont dû retourner à la compagnie car la compagnie compense ses pertes d’abord avant qu'il ne reçoive le chèque.
À mon avis, mon fils a été déçu par cette compagnie. Les frais sont trop élevés et déjà avant la sortie de l'album, il ne se reposait presque jamais, il ne pouvait donc à peine profiter des bénéfices.
Cela doit être fait d’une autre manière. L’artiste doit être capable de rembourser les dépenses et à la fin recevoir le fruit de son travail. Tout le reste est malhonnête.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:36

Chapitre 37 : Ma vie aujourd’hui


Nos neuf enfants nous ont apportés à Katherine et moi beaucoup de plaisir. Ils sont tous très talentueux et ils sont de bonnes personnes, protecteurs, polis et attentifs.
Katherine et moi avons toujours donné beaucoup de sens à une bonne éducation et quand les accusations devinrent connues que nous battions apparemment nos enfants ou leur faisions des violences sexuelles, nous avons été très surpris et en colère. Notre famille sait que ces propos sont incorrects. Mais les médias aux USA répandent tout ce qu’on leurs dit.
Nous sommes en réalité très religieux, nous avons aussi toujours essayé d’élever nos enfants dans le même état d’esprit. Je pense que c’est comme ça avec tous les parents – ils veulent le meilleur pour leur enfants. Nous aimons nos enfants et sommes très fiers d’eux et ils sont aussi fiers de nous.
Dans les médias américains, notre famille est souvent représentée sous un mauvais jour. Quoi que l’on fasse, ils en feront des mauvaises nouvelles. Et les médias du monde répandent souvent ces absurdités. Ainsi les médias européens purent recevoir une information directe sur nous comme quoi j’avais employé un habile manager en Allemagne, Ralph Seesselberg (PromEvent & Media). Il est le mégaphone de notre famille en Europe et ses agents de presse peuvent découvrir si c'est la vérité en général, ce que les médias aux Etats-Unis informent ou écrivent. Ralf est toujours informé de tout de la meilleure façon et il coordonne nos voyages européens.

Dans notre famille, nous nous respectons les uns les autres et nous soutenons en toutes circonstances. La famille seule, reste alors forte quand elle reste soudée, de plus les Jackson sont célèbres mondialement et beaucoup de gens essayent de se prendre un morceau de notre part. Dans ce monde il y a tellement d’envie et de jalousie. Un bref exemple de cela – le dernier événement autour de mon fils Michael. Je ne comprends pas les gens qui inventent toutes ces rumeurs. Michael est un père attentionné et aimant. Ses enfants sont très heureux et gais. J’aime quand nos enfants et petits-enfants nous rendent visite à Los Angeles. Pour dire la vérité, Katherine n’aime pas quand ils vont à la mer se baigner, elle a toujours peur des requins mais les enfants passent du temps avec nous sur le lac.

Katherine est épanouie quand la maison est pleine de petits enfants. Notre plus grande petite-fille Yashi, la fille de Rebbie, s’est mariée au printemps 2004 et la cérémonie du mariage a eu lieu dans notre maison à Los Angeles. Katherine s’est mise le planning dans la tête. Elle a réparé la maison pour l’événement et changé le jardin. Elle adore la vie à la maison. Pour nous, les Jackson, il n’y a rien de plus important que la famille !
Les journaux écrivent que Michael est un mauvais père car il couvre le visage de ses enfants avec des foulards. Mais qu’est ce qui n’est pas clair ? Il y a tellement de gens malicieux dans le monde ! Celui qui n’est pas constamment au centre de l’attention ne peut probablement pas le comprendre mais Michael est simplement effrayé que ses enfants puissent être kidnappés. Et ainsi il n’y a pas de réelles photos de ses enfants. Ses enfants sont tout pour lui. Il vit pour eux.
Quelqu’un comme Michael est constamment observé et tout le temps photographié. Il le sait mais ses enfants sont encore trop petits pour le comprendre, il doit donc les protéger. Un jour ils devront décider s’ils veulent être vus en public ou non.

Quand il y a plusieurs semaines, j’allai avec le correspondant ARD, Tom Buhrow, à Washington à Hollywood Boulevard pour lui montrer les trois étoiles de notre famille, il comprit pourquoi nous vivions dans une telle solitude. Nous ne pouvions même pas faire un pas, j’étais constamment tiré par quelqu’un car ils voulaient recevoir une photo ou un autographe. C’est toujours ainsi aux USA. Mais en Allemagne nous pouvons bouger un petit peu plus librement. Alors toute la famille reçut un grand plaisir.
Mais retournons à Michael. Katherine et moi aimons lui rendre visite. La route au ranch est aussi belle que le ranch lui-même. Il passe par les larges champs sous des vieux chênes courbés. Cette zone est conduite par un petit train rouge, à côté de cela la maison à Havenhurst ressemble à un modèle miniature. Dans le train joue de la musique classique, tandis que vous ne faites pas attention, il est possible d'observer les troupeaux des cerfs près du camp indien, ou le petit lac avec un bateau blanc – un cygne ou deux, des chutes et des fontaines. Les routes ici, aussi bien que chez nous à Los Angeles, sont éclairées par des minuscules bulbes blancs.

Michael a accompli son rêve d’enfant d’avoir son propre zoo où il y a des éléphants et des singes. De manière générale, il a conçu cette propriété pour donner du plaisir aux malades incurables du cancer et aux enfants atteints du SIDA qu'il invitait chez lui. Il amène aussi souvent des enfants des quartiers déshérités en bus à son ranch, pendant un jour et bien qu’il ne soit rarement présent parce qu'il est constamment en voyage en tournée, il y a des ouvriers qui se soucient que les enfants se sentent bien ici. Il est possible de monter un cheval ou de faire un voyage avec l’équipe, et au cinéma des jeunes filles distribuent aux visiteurs du Pepsi-Cola, du pop-corn et du chocolat.
Mon fils a créé ce ranch de manière à ce que les enfants l’aiment. Ma petite-fille de quatre ans aime Neverland et même les adultes admettent qu’ils l’aiment. Les récentes accusations, comme quoi il aurait construit le ranch seulement pour séduire les enfants, sont simplement improbables.
Michael n’offenserait jamais un enfant. Et ainsi les médias ne discuteraient plus ce que vous pouvez comprendre là-dedans, je vais l’exprimer plus clairement : Michael ne battrait jamais un enfant, n’appliquerait pas une force physique contre lui, ne ferait jamais violence sur un enfant. Je l’ai prévenu en tant que père !
Je me souviens précisément quand les accusations similaires sont sorties pour la première fois. Elles ont brisé le cœur de Michael.


Je connais mon fils, j’étais présent à sa naissance, l’ai amené au monde et l’ai élevé et éduqué. Katherine et moi connaissons Michael mieux que n’importe qui d’autre au monde. Et nous savons que notre fils ne causerait jamais de mal à un enfant. Il n'en est simplement pas capable et c'est bien.
Quand en 1993, des charges similaires tombèrent, Michael dit qu’il devait régler cette question en dehors du tribunal qu’il voulait en finir au plus vite. Michael se mit d’accord avec eux et paya des millions de dollars, tout cela fut interprété comme un "remboursement". Katherine lui conseilla d’en finir avec cette affaire mais il avait pris cela trop à cœur. Il voulait laisser cela au passé le plus tôt possible. Déjà ce fut clair pour moi qu’il y aurait des conséquences désagréables, en fait si quelqu’un recevait une fois de l’argent, un autre essaierait encore. Et pour cette raison cette fois Michael décida de ne pas payer.
Il eut besoin de beaucoup de temps pour oublier la douleur causée par ces charges malhonnêtes et tirées par les cheveux. J’ai peur que les blessures qui ont été mises sur lui par les nouvelles accusations ne se referment jamais. Mais Michael se battra comme un lion pour les renier et en tant que famille nous le soutiendront.
Quand j’étais assis récemment dans la salle de tribunal et que j’ai vu Michael sur le banc, tant d'idées me sont arrivées. Il n’a jamais été comme les autres enfants, plus doux et sensible. Il ne supportait pas l’injustice et intervenait toujours pour les autres.
Je me souviens de l’histoire quand il achetait des montages de bonbons avec tout l’argent de poche que je lui donnais, et les distribuait ensuite aux enfants du voisin. Après cela il n’avait plus d’argent pour acheter des bonbons pour lesquels l’argent était réellement donné. Il savait qu’à la maison nous avions des ennuis à cause de cela, c’est pourquoi il s’enfuyait quand il remarquait que je le regardais furieusement. Et je dois dire qu’il était très rapide, je pouvais à peine me maintenir à son niveau. Ces souvenirs me font rire maintenant.
Ce petit garçon devait maintenant s’asseoir devant le juge et se justifier de ce qu’il n’avait jamais fait. Quand le juge eut fini sa première session, Michael alla lentement vers la sortie. Je n’oublierais jamais l’expression de son visage. Il n’avait pas du tout remarqué que j’étais là, j’ai donc aisément poussé sa jambe avec la mienne. Il a levé les yeux et quand il m’a vu, a simplement souri. Nous, sa famille, sommes vraiment nécessaires pour lui maintenant. Michael dit que sans nous, il ne pourrait jamais faire face à ça. Nous sommes toujours près de lui. Cette histoire offense chacun de nous. Dans ce monde arrive tellement d’injustice mais il n’y a rien à faire contre cela. Au lieu de ça, ils poursuivent une personne innocente.
Quand il a quitté le bâtiment du tribunal, il y avait des centaines de vrais fans. Michael voulait laisser tout le monde le voir, il est donc monté sur le capot de la voiture de notre famille. Et bien sûr, dans les journaux, cela fut présenté sous un mauvais jour mais aucun journaliste ne s’intéressa à la vraie raison. Je pense que c’est très malhonnête.

L’histoire avec Janet a aussi été gonflée par les médias. Elle avait une performance au Super Bowl et cela ne s’est pas passé comme si ça avait été planifié. Nous l’avons vu à la télé quand Justin est venu vers elle, la lumière sur scène était déjà éteinte. Nous ne pouvions même pas voir quelle était la chose. Malgré cela nous avons eu un grand moment de télévision. La presse a exagéré sans raison. Justin l’a tiré tellement par les vêtements plus fort que ce qui était prévu. Janet a parlé de cela ensuite. Mais étrangement, dans la presse ils écrivaient de mauvaises choses sur elle. Autant que me souvienne, tous les deux participaient. Mais Justin a eu seulement à s’excuser dans un temps très court et il avait déjà échappé à la position difficile.
Janet a beaucoup appris dans le show-business. À mon anniversaire elle m’appela et me demanda de l’accompagner à la première du film "Le professeur foldingue 2". J’étais si très fier d’être là bas avec elle. Elle était très bonne dans le film avec Eddie Murphy, mais je ne lui en ai jamais parlée. Je ne le fais pas essentiellement pour que mes enfants ne prennent pas la grosse tête. Ainsi ils essayent de donner le meilleur résultat.
Janet essaie de protéger sa vie privée. Et elle arrive à le faire. Après tout, elle fut mariée dix ans et les médias ne le savaient pas. Et c’est comme ça que cela doit être. J’aimerais que mes enfants soient estimés sur leurs accomplissements dans le show-business plutôt que par leurs vies privées. Maintenant Janet est très heureuse. Elle vient juste de sortir un nouvel album à succès et vit une vie remplie.

Latoya a enregistré un nouvel album. Il est vraiment bon. Elle a dû passer par tellement de choses, en fait son ex-mari Jack Gordon l’avait si mal traitée. Autant que je sache, il la battue, la droguait et lui a fait un lavage de cerveau. Mais Dieu merci, maintenant elle est revenue dans la famille. Nous en étions très heureux, en fait Gordon nous a amené beaucoup de malheurs. Finalement ce fut celui qui clama que je battais constamment mes enfants et viola notre fille Latoya. Je suis très heureux que Latoya ait trouvé la force en elle-même de le quitter.


Jermaine a produit un film sur notre famille - "Jacksons - The American dream ". À présent il est engagé dans plusieurs projets de films et écrit des chansons pour un nouvel album.
Jackie, Rebbie et Marlon aiment la vie à la maison. Et ils soutiennent les enfants dans ce qu’ils font.
Tito fait maintenant une grande tournée à travers les Etats-Unis. Il chante et écrit de très bonnes chansons dans le style Soul. Il prend soin de nos petits enfants, les 3T, ils sont au début de leur carrière et enregistreront bientôt un nouvel album.
Randy est très proche de Michael. Il lui donne des conseils sur de nombreuses questions et a récemment pris la gestion en main puisque tout le monde comptait sur le fait que les affaires devaient rester dans la famille. Et Randy est très bon dans les affaires !


Tous mes enfants sont engagés dans leurs propres business et vivent leur vie autant que ça leur est permis. Notre famille adore les réunions annuelles à Los Angeles. Vous pouvez probablement vous imaginer la foule que cela devient quand autant de monde se réunit. J’ai moi-même 28 petits enfants. Nous mangeons et jouons ensemble, nous regardons des films ensemble. Nous passons toujours du temps ensemble.
J’aimais le temps quand j’étais le manager des Jackson. Aujourd’hui, tous sont adultes et ont appris tout ce qui les aide à faire face aux lourdes affaires. Maintenant j’aide les artistes qui sont au début de leur carrière.
L’un d’eux – Crystal. Elle a une grande voix et pour ses 22 ans, elle a toutes les caractéristiques d’une star. Nous venons juste de finir de tourner le film "Destination fame" dans lequel elle joue le rôle principal. En plus son album sera prêt cette année. Nous prévoyons ensuite de faire une tournée en Europe.
N2U - est un groupe dont je suis très fier. Je les ai découverts dans un casino à Las Vegas. Les N2U performent parfaitement bien, le groupe consiste en trois hommes jouant d’instruments et trois femmes – solistes. Cette année ils performèrent à l’occasion de mon anniversaire et ils furent bien acceptés. Maintenant nous travaillons sur l’enregistrement d’un album.

J’ai fait de nombreux voyages d’affaires en Allemagne. J’aime beaucoup ce pays. Mon management européen est en Allemagne, à la station Rastede, mais c’est connu seulement par peu d’allemands. C’est dans le district d’Ammerland, au Nord de Oldenburg, au Sud de Saxony, juste là où il y a de si bonnes anguilles et du jambon. Mais le mieux dans Rastede est "la Maison Blanche". Ce n’est pas le président qui vit là mais un cuisinier parce que c'est un restaurant et c'est très bon !
Les allemands sont sympathiques, des personnes attentionnées, et ils respectent la vie privée des autres. Je suis content que nous ayons tant d’allemands. La nature en Allemagne est si belle. Seulement je n’aime pas le temps parfois là bas – il fait souvent 30 degrés plus froids qu’à Los Angeles.
Maintenant je continue intensivement à coopérer avec plusieurs artistes talentueux. J’aime ce travail – c’est ce que je fais de mieux et cela m’aide à rester jeune. Mes meilleures cartes sont mes enfants et je vais encore faire beaucoup ensemble avec eux, et mes jeunes artistes !
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:37

Appendice 1 : Bons conseils en conclusion


Dans le passé, quand je travaillais avec mes enfants et les aidais à développer leurs talents dans de pauvres quartiers de l’Indiana, il y avait beaucoup d’autres gens doués. Aujourd’hui, dans les ghettos américains il est possible de trouver des tas de talents. Et beaucoup d’enfants gagnent des compétitions de talents. La différence entre ces enfants et les miens est que je faisais constamment tout pour promouvoir le développement de leurs talents. Je les ai forcés à s’étendre complètement et j’ai dépensé sur eux beaucoup de forces et d’argents.
Depuis le tout début, mon objectif était de faire d’eux les plus grandes stars. Plus tard les gens de Motown me dirent que mes enfants seraient célèbres un jour, mais je le savais déjà, puisque j’étais leur père et entraîneur.

Bien sûr j’étais strict avec mes enfants. Je les surveillais et avec Katherine nous savions toujours à tout moment où ils étaient. Il y avait quelques règles qui ne pouvaient pas être brisées. Par exemple, les appels téléphoniques devaient être limités à cinq minutes, et les enfants Jackson n’étaient pas autorisés à quitter le jardin tous seuls. Je ne leurs permettais pas de rester simplement dans la rue, ce qui signifiait donc qu’ils ne connaissaient pas du tout la rue. Quand ils ont grandi, ils ont eu des problèmes avec ça car ils devaient désormais apprendre à distinguer à qui ils pouvaient faire confiance ou non.
Depuis le premier jour, j’ai constamment incité mes enfants à ne pas toucher aux drogues, et ils avaient peur des drogues parce qu’ils savaient qu’ils seraient punis si un jour ils y touchaient. D’une manière ou d’une autre, ce que j’ai dis a marché. C’est magnifique qu’aucun de mes enfants n’ait touché à la drogue ou n’ait bu. Mes enfants ont bien grandi, de façon juste, et sont restés fidèles à eux-mêmes.

Tous les parents doivent enseigner à leurs enfants à aider à la maison. Depuis l’enfance ils doivent faire leur lit, laver la vaisselle, et effectuer d’autres tâches faciles. Je suis reconnaissant envers mes parents qu’ils m’aient appris ceci.
Je pense aussi que ce serait correct si les parents prêtaient plus attention à l’unité au sein de la famille. Ainsi ils sauraient dans quoi leurs enfants sont engagés. Aussi c’est nécessaire de leur donner une grande signification de la bonne éducation. L’éducation est aujourd’hui terriblement importante.
Comme je parle déjà de cela, j’aimerais m’adresser aux parents du monde entier. Tout commence par les parents. Ce serait bien si dans le monde entier, il y avait des vacances où les parents puissent se dévouer exclusivement à leurs enfants. Nous avons un jour spécial où tous les enfants et petits enfants se réunissent avec nous. Cela se passent dans différents endroit – chez nous, parfois chez Tito, parfois au ranch chez Michael. Katherine et moi adorons ce jour que nous passons tous ensemble. On me demande souvent à ce que mes enfants prêtent attention lorsqu’ils choisissent leur partenaire de vie. Les filles doivent chercher un mari pour elles-mêmes qui doit être assez ambitieux et les protégera. Pas des alcooliques ou certains qui les abandonneront.
Les hommes doivent chercher la femme – une personnalité. Elle doit être une bonne personne ; c’est le plus important dans une longue relation. La petite amie ou épouse devra être aussi intelligente et essayer d’être utile, au lieu de rouler toute la journée au lit ou de se faire chic. Et si elle n’est pas capable de cuisiner, elle devra être prête à l’apprendre parce qu’il n’y a rien de mieux que la cuisine domestique. C’est simplement agréable d’être près d’une femme rangée qui garde la maison en ordre. Et bien sûr, la femme devra satisfaire l’homme.
Le couple doit être capable d’effectuer les tâches avec facilité. Et il est sain d’avoir quelqu'un avec qui il est possible d'aller quelque part et d'entreprendre quelque chose.
Si vous voulez vous marier, tout d’abord, vous devez faire un contrat de mariage chez l’avocat. Je conseille cela à mes enfants parce qu’ils ont beaucoup d’argent et il est possible que durant leur vie ils gagnent encore plus.

À mon avis, certaines choses dans le business de la musique doivent changer. Les managers ou directeurs appartenant à une minorité devraient avoir plus de chances. La race ne devrait pas être le facteur déterminant et ce serait bien si les gens de toutes les couleurs de peau et de nationalités étudient à travailler ensemble.
De ce point de vue, la musique peut unir les nations entières et séparer les personnes, elles apprennent donc à créer quelque chose ensemble même si elles viennent d’endroits variés.

Je n’aime pas non plus quand les directeurs de concerts raflent tous les salles dans certains endroits ou plusieurs états, ainsi les autres peuvent travailler là bas uniquement s’ils paient des prix surestimés. Tous les organisateurs de concerts devraient avoir l’égalité des droits.
Je pense également que parfois, quand vous voulez organiser un concert dans un stade, et que vous rencontrez beaucoup d'intermédiaires, c’est trop. En fait, il est possible de négocier directement avec le propriétaire du stade, cela économise de l'argent et alors les prix des billets ne seraient pas si élevés.
Pour les artistes, c’est une déception si quelqu’un a le monopole des stades ou des salles car les fans doivent payer beaucoup pour les voir. C’est simplement malhonnête et il devrait être possible de faire sans cela, si les gens peuvent coopérer.
Les artistes feraient mieux de s’adresser aux promoteurs.
J’espère qu’un jour il y aura plus d’employés de maisons de disques et que les anciens et nouveaux artistes puissent comprendre quel est le véritable show-business. Si les artistes et les maisons de disques ne créer pas eux-mêmes une équipe, le problème ne s’arrêtera jamais.

J’ai vu comment l’argent pouvait changer un homme. J’ai rendu riches plusieurs personnes autour de moi et beaucoup que nous comptions comme nos meilleurs amis ont changé car ils aimaient davantage l’argent. Il est nécessaire d’apprécier l’argent, mais il est impossible de s’enrichir sur le compte d’un autre.
Dans ce business j’ai appris à réagir rapidement si quand il le faut. Les gens autour de moi doivent me suivre. Plusieurs projets dans lesquels je suis engagé depuis plusieurs années n’ont pas trouvé sympathie en temps voulu. Nous avons montré la route aux autres mais beaucoup se concrétisent seulement maintenant.

Au succès de mes enfants, j’ai toujours tenu l’opinion que chacun d’eux pouvait devenir encore meilleur. Mes enfants ont probablement trop de succès. Notre famille travaillait avec persistance. Ce n’était pas facile, d’un côté, il y avait beaucoup de défaites et d’échecs. Mais il n’y a rien qui ne puisse être fait. Le succès est accompli par un lourd travail, ce la ne tombe pas du ciel.
On me demande souvent comment je peux savoir si un jeune homme deviendra un bon artiste. Si l’enfant est votre proche, alors c’est facile d’établir s’il a du talent car il est constamment devant vos yeux. Avec quelqu’un avec qui vous ne communiquez pas depuis longtemps, c’est plus difficile, mais aux compétitions de talents on peut le remarquer.

Je peux savoir si un jeune auteur est doué, j’écoute tout d’abord sa musique. Si j’aime le son et que je veux écouter plus qu’une chanson, alors c’est bon signe.
Les paroles aussi sont importantes. Les paroles doivent raconter une histoire pour que l’auditeur puisse s’identifier lui-même. Le tube doit avoir un sujet vital et avec le son, il doit rester des choses qui se vendent bien à présent. Le secret d’une nouvelle chanson à succès, est que le compositeur, guidé par les tubes existants, doit faire encore mieux. Même chose pour les paroles – elles doivent satisfaire les goûts de la majorité, mais ne pas copier les choses déjà existantes, les surpasser. C’est ce que mes enfants ont fait.
Si aujourd’hui je pouvais tout recommencer, je ferai probablement quelque chose d’une autre manière. Aujourd’hui je sais comment il faut se comporter dans certaines situations, et je pourrais éviter quelques simples difficultés. Dans le passé, je me précipitais directement sur les problèmes, aujourd’hui je ne fais plus cela. Il y a d’autres méthodes.
Le business est rempli de mauvaises personnes, essayant de séparer notre famille. À mon avis c’est bien quand les groupes qui se sont trouvés restent en groupe. Aucun chanteur ne doit être séparé des autres. Quand ça commence ensemble, vous devez finir ensemble et si un membre du groupe ne peut pas trouver de langage commun, alors il est indispensable de chercher simplement un compromis.

Durant toute ma vie, j'ai vu beaucoup de salauds parasitant la richesse des autres. Je peux en reconnaître un tout de suite et j'ai toujours averti mes enfants à propos de cela. Plus vous gagnez, plus ces types deviennent astucieux. Ils se sont approchés de Michael de Janet et de Latoya aussi. Mais j'espère que mes enfants ne feront plus aucune erreur.
J’ai déjà vu parfois, comment un artiste allait en tournée et gagnait de l’argent, mais malgré cela, après la tournée il était en dettes. De telles choses arrivent. Les artistes devraient coopérer avec des gens justes, et leurs managers et avocats devraient être justes. Et si un artiste trouve de tels travailleurs honnêtes, il devrait lui aussi être loyal dans ses relations avec eux. Mais dans ce business, il y a très peu de gens intègres. Tous les gens qui vous serrent la main et embrassent la jouent n’ont pas de justes intentions.
Quand je vois qu’il y a une tentative pour voler un artiste, je le préviens. Certaines d’entre eux me répondent que de toute façon tout le monde est malhonnête, mais en fait vous avez besoin de travailler avec quelqu’un. Mais vous vous faites simplement du mal quand vous vous dites cela. Dans ce monde il y a des gens justes, probablement ils ne disent pas ce que vous voulez entendre. Ils ne flattent pas, et évidemment ne vous conduisent pas dans des voitures chics, et n’ont pas de magnifiques bureaux. J’ai toujours incité mes enfants à ne pas être trop admiratifs à l’extérieur. Quelqu’un avec une grande maison de campagne ne protégera pas forcement les intérêts de l’artiste, peut être qu’il a une belle maison seulement parce qu’il s’est enrichi grâce aux autres.
Mais j’ai réussi à rester juste. Et je suis toujours prêt à faire les affaires encore mieux. Le bien gagne toujours.
Dans la semaine j’ai beaucoup de réunions d’affaires donc je dois y aller en costume cravate. Mais durant mes jours de congé, je suis relax avec plaisir. Et c’est nécessaire, en fait si vous ne vous reposez pas, la pression ou même des problèmes de santé peuvent mener à des crises cardiaques ou des thromboses cérébrales. Le stress détruit.
J’ai préparé mes neuf enfants au show-business, et tous ont fait une carrière. Ainsi je peux de temps en temps me reposer légèrement, cela m’aide à me re-concentrer dans la vie de tous les jours. C’est comme cela pour tout le monde et même si vous avez beaucoup de choses à faire, c’est toujours indispensable d’essayer de s’amuser pendant les jours de congés.

Des années avant, un contrat était fait aussi rapidement qu’une poignée de main. Mais, aujourd'hui ça ne marche plus comme ça. Les types travaillant maintenant dans le show-business, ont besoin de contrats aussi profonds qu’un annuaire téléphonique. Et également un avocat pour comprendre leur langue d'écriture.
Pour certains d’entre vous qui ne sont pas familiers avec l’industrie du spectacle, j’aimerais souligner combien tous ces contrats et arrangements sont difficiles. Et le plus mauvais qui puisse arriver – vous êtes engagés dans les obligations et ne pouvez pas les interrompre. C’est vraiment mesquin.
Je conseille tout le temps aux jeunes artistes qu’ils doivent nécessairement trouver eux-mêmes un avocat juste. Croyez-moi, dans notre business, c’est très difficile d’en trouver un. L’artiste ne doit jamais négocier par lui-même un contrat, particulièrement si la question porte sur les enregistrements ou leurs sorties. Il peut être confié seulement à un avocat diplômé. Aujourd’hui les contrats sont si détaillés et difficiles que d’un autre côté, vous ne pouvez pas comprendre. Tous mes enfants ont des avocats et ils savent que c’est impossible sans avocat.

Pour le choix de l'avocat, il faut prêter attention à certaines choses. À mon avis il vaut mieux chercher un jeune avocat parce qu'il sera plus franc avec le client. Sans compter que comme il est nouveau dans les affaires, il n'entretient pas encore de fortes relations avec les maisons de disques, et il travaillera plus probablement sur le client, plutôt que de frauder. Il faut toujours prêter attention au fait qu'il soit intelligent. Si vous trouvez un avocat avec de telles qualités, vous devez le prendre et le soutenir sur tous les points.

Une fois, quand je fus un peu déçu avec tous les problèmes dans le business, un ami m’écrivit : « Joe Jackson, vous êtes une forte personnalité. Comme une grosse pierre, vous vous tenez là. Vous avez toujours été là pour répondre à mes questions et en direct avec moi. Merci d’avoir toujours été près de moi. Tout d’abord, je vous remercie que vous ne m’ayez pas abandonné dans les ennuis et soyez toujours mon ami. J’ai besoin de vous. S’il vous plait, continuez de me soutenir comme vous avez toujours soutenu vos enfants. Je veux être le meilleur, comme Janet et tous vos enfants. Je veux avoir autant de succès que Janet, Michael, Jermaine et toute votre famille. »
On ne m’avait jamais dit une chose pareille. Ma conscience m’avait atteint, combien j’aidais volontiers les autres et je fus enchanté par ces lignes. De plus, personne ne m’avait encore remercié pour ce que j’avais fait.
Comme en Amérique, dans ce pays il y encore beaucoup à faire. C’est devenu déjà mieux qu’avant mais tout cela est un long procédé.

Je n’ai jamais été à l’armée car à chaque fois qu’ils m’appelaient, j’étais Papa. Grâce à cela j’ai eu la chance de prendre soin de ma famille. Bien que je n’ai jamais été à la guerre, je n’aime pas la guerre. C’est mieux de s’assoire et de négocier, même si cela prend trente ans. Dans la guerre, il n’y a rien de bien. Je ne crois pas dans les bombes, je crois en la paix.
Prenons par exemple, une grande famille. Deux jeunes se disputent. La maman et le Papa en tant que chefs de famille doivent leur dire : « Écoutez les enfants, ne vous battez pas ici. Nous ne le permettons pas.» Parce que si vous le permettez, ils commenceront à se détester, et nous ne pouvons pas permettre que nos enfants deviennent ennemis et par plaisir se cassent le cou. C’est comme cela que ça doit fonctionner avec les chefs mondiaux. Ils pourraient empêcher les conflits s’ils se battaient pour la paix. Les petits pays ne devraient pas faire la guerre du tout car ils impliquent les grands pays dans leurs guerres.
De plus, nous aimons nos enfants et ne voulons pas qu’ils partent à la guerre. Ils doivent vivre et être heureux. Les gens veulent être appréciés et respectés. Si vous respectez les voisins, vous pouvez être amis avec eux. Mais quand les gens se détestent, il y la guerre. Les gens devraient s’aimer.
J’essaie d’agir en étant juste partout. J’ai élevé mes enfants de cette manière. Mais je peux être terriblement agité s’ils ne me traitent pas correctement alors je considère chaque étape.

Beaucoup ont essayé de faire du mal à ma famille. Ils ont dit sur nous de terribles mensonges. Ils trouveront quelque chose de mal qu’il est possible de répandre et parfois ils arrivent même à tourner les enfants contre les parents.
Parfois ils me disent : « Joe, tu es déjà depuis longtemps dans le show-business, tu as voyagé dans le monde entier, maintenant tu peux vivre un peu plus facilement. »
Ils ont probablement raison, mais je dois rester en mouvement. Le show-business est mon sang, je ne peux pas simplement le quitter si facilement. C’est une partie de moi et j’ai toujours adoré ça.
Au début de sa carrière, beaucoup estimait impossible que Janet devienne une chanteuse célèbre. Mais j’ai toujours eu confiance en elle, ainsi je l’ai soutenue autant que possible, comme Michael. Mais c’était il y a très longtemps. Et j’ai fais tout ce que je considérais nécessaire pour aider chacun d’eux à devenir le meilleur. En plus, gagner de l’argent c’est super !
Comme travailler avec de jeunes artistes, les chanteurs devraient pouvoir chanter sans leurs notes. Et ils devraient avoir du talent naturellement pour chanter et pour distraire. Tous les enfants ne sont pas talentueux, comme les miens, des gens ont simplement un talent « entraîné » comme je le nomme. Je travaille beaucoup avec des jeunes artistes.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par BILLIE.JEAN le Jeu 26 Avr - 13:38

Appendice 2 :


J’ai une intuition naturelle pour les talents et je remarque rapidement si quelqu’un est doué ou non. Mais le talent seul n’est pas suffisant. Il doit y avoir des ajustements corrects, ils doivent écouter ce qu’ils disent et ce qu’ils veulent apprendre au lieu de se comporter comme des enfants gâtés. De plus, s’ils veulent devenir une star, une équipe correcte est nécessaire. Cela nécessite de nombreuses personnes.
Je découvre des talents chez les adultes aussi. Je les teste mais pas comme ça arrive habituellement. La majorité ne le remarque pas. Par exemple, je rencontre le candidat dans des conditions faciles. Puis j’observe s’il a les caractéristiques nécessaires pour la profession et s’il les applique à l'extérieur du travail. Si par exemple j’emploie des agents de sécurité, je cherche tout d’abord des gens très prudents de nature.

Mes amis me surnomment "le faucon". Je vois tout et j’entends tout. Et mes enfants sont pareils. On m’a demandé s’il existait à l’extérieur des États-Unis un marché de la musique R&B et Soul. J’ai dit oui définitivement. En Europe tout le monde écoute la Soul, et au Japon ils adorent aussi la R&B. Et je dirais qu’au Japon les talents américains sont très bien payés.
Rester dans le show-business est difficile. Plus vous montez, plus c’est difficile. Mes enfants et moi avons mis toutes nos forces, nous avons besoin de rester au top, il est nécessaire de s’améliorer constamment. Les médias sont toujours prêts à assassiner un artiste par n'importe quelle rumeur insignifiante, tout d'abord les tabloïds.
J’aimerais que les gens ne lisent pas ces absurdités. La famille entière s’écroule à cause de cela, et tout ce mensonge est répandu dans le but d’enrichir ces magasines. Vous ne pouvez même pas les poursuivre car ce serait lié à de trop grosses charges de temps et d’argent et qui veut inclure la famille entière dans un procès ?
Ne me comprenez pas de manière incorrecte. Je crois en la liberté de la presse. Mais je ne crois pas à ces hypocrisies, à ces gens qui se disent eux-mêmes journalistes alors qu’ils n’ont même pas essayer de comprendre. Le bon journaliste vérifiera chaque fait avant d’écrire quelque chose.
Beaucoup de tabloïds se fichent de détruire la carrière d’un autre. Ils clament toutes les choses absolument anormales possibles qui ne sont pas la vérité. Parfois ils écrivent du mal de mes enfants, et ne jouent aucun rôle lorsque souvent Katherine et moi ou nos enfants expliquent que ce sont des mensonges – ils impriment simplement. Croyez-moi, si vous êtes célèbres, la vie peut être très dure.

À propos de moi ils parlent beaucoup, et la majorité n’est que mensonge. Mais la question est qu’il ne me connaissent pas – j’apparais rarement en public. Si je vais quelque part, je suis bien sûr reconnu et je vois comment ils commencent à parler de moi. Je rencontre néanmoins tout le monde avec le sourire et je demande « Comment allez-vous ? ». Je sais que si vous êtes toujours amical et soucieux des autres avec respect, ça paye en retour. Je respecte tout le monde et j’espère le même respect dans les relations avec moi. Je peux seulement répéter une fois encore – nous avons apporté beaucoup de richesses à de nombreuses personnes, et pour cela ma famille mérite au moins le respect. Je reconnais immédiatement une vraie amitié et un amour quand je fais la connaissance de quelqu'un. Vous le sentez simplement.
Mais je peux vous assurer : si je n’avais pas fait de telles choses difficiles, rien ne serait sorti de mes enfants. Tout d'abord, ils ne seraient pas devenus des stars. Je fais attention à ces rumeurs terribles, je sais moi-même ce que j'ai réalisé avec les enfants.


Quelques mots à propos des Noirs. Il va y avoir plus de Noirs docteurs et avocats. Et dans les leçons d’histoire à l’école ils devraient parler plus de la contribution apportée par les Noirs et autres races dans l’histoire de l’Amérique. Les enfants devraient apprendre ce qu’a fait la minorité pour notre pays dans le passé. Le racisme ne devrait pas être. Passé trente ans dans le show business, j’ai compris combien ce fut difficile pour mon père de nourrir la famille. C’est difficile d’être le chef de famille. Je me rappelle encore comment mon père souriait et chantait avec nous et combien il était alors content. Nous aimions chanter avec lui et nous pensions que tout était très simple. Seulement, quand ma propre famille est apparue, j’ai remarqué combien cela avait du être difficile pour lui, même s’il nous avait jamais laissé le savoir. Et c’était un Noir qui avait passé huit ou neuf ans à l’université quand la majorité des Noirs n’allaient pas au lycée. Je n’ai pas été à l’université, j’ai choisi une autre voie – le show-business. Mais ça valait le coup.
J’espère que quand mon livre sera sorti, tout le monde trouvera au moins la vérité sur Joseph Jackson et la famille Jackson. Pour moi le plus important est que la vérité soit au moins publiée.
Bien sûr, quand je travaillais sur le succès des mes enfants, les problèmes étaient là aussi, mais j’ai surmonté les difficultés car j’aime beaucoup ma famille. Comme j’aime les gens en général, ils sont les plus merveilleux au monde. Chacun d’entre nous devrait apprendre à coexister ensemble pour que le monde soit meilleur.
Je ne peux pas exprimer combien je suis fier de mes fils et mes filles. Je suis très fier de Michael. Je suis très fier de Janet. Je suis très fier de Jermaine. Je suis aussi très fier de Tito et Rebbie. Je suis très fier de Marlon, Randy et Jackie. Et je suis très fier de Latoya. Je serais toujours équitablement fier de mes enfants. Je suis si reconnaissant de les avoir eus avec ma femme Katherine.
avatar
BILLIE.JEAN
Administrateur

Féminin Messages : 4564
Age : 33
Localisation : Une étoile ne meurt jamais

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire de la famille Jackson (Autobiographie de Joseph Walter Jackson)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum