l'ange Michael
Bienvenue sur le forum de l'ange Michael
enregistrez vous et venez vite nous rejoindre

n'oubliez pas de vous présenter Wink... merci

"I love the fans from the bottom of my heart"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"I love the fans from the bottom of my heart"

Message par Mikelle le Dim 22 Mai - 12:20

"I love the fans from the bottom of my heart"

"J'aime les fans de tout mon coeur" disait Michael Jackson. Il avait raison de les aimer aussi sincèrement et aussi profondément car ils étaient et ils sont toujours présents sur la scène.

C'était les fans qui en 2005 ont abandonné maison, travail, famille et ville ou pays pour camper devant le tribunal à Santa Maria ; et ceci pendant des jours ou des semaines pour montrer leur soutien, pour crier jusqu'à l'étouffement : « Michael Innocent » Le jury l'ont aussi innocenté.

Après le décès de Jackson, des centaines de blogs et de sites dans toutes les langues possibles ont été nés ; tous les jours, ils ne font que perpétuer les messages humanitaires, la musique et l'art de la Star planétaire. Ils ne disent qu'une seule chose : Nous sommes là et nous resterons jusqu'à la fin ! Notre voix est puissante car c'est la voix de la vérité !

Parmi ceux qui aiment ignorer la vérité, il y a évidemment les médias. Surtout ces derniers jours où, nous avons vu la naissance d'une analogie incroyable. Vous l'avez sûrement devinée. Eh oui, d'après les médias surtout francophones, Jackson et Strauss Kahn c'est la même chose !

On se demande cette invention, d'où vient-elle ? De la détresse ou de la malignité ? Comme toujours, les fans ont répondu à ces questions. Voilà deux lettres que je partage ici avec vous. La première est écrite par Emma Carez et la deuxième par Soph
:


Avant de contribuer à salir l'honneur d'un homme déjà suffisamment bafoué, il est du devoir de chacun de se poser quelques élémentaires questions ... En particulier lorsque ce « chacun » est journaliste et qu'il a connaissance de la Charte des devoirs professionnels des journalistes français adoptée en juillet 1918 et qui stipule qu'un journaliste, digne de ce nom, tient la calomnie, les accusations sans preuves, l'altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ...

Michael Jackson a été innocenté à l'unanimité des jurés de 10 chefs d'inculpation le 13 juin 2005 par le tribunal de Santa Maria. Or, depuis le début de l'affaire DSK, certains médias - dont les plus sérieux - se permettent des commentaires, comparaisons et insinuations à la fois inappropriés et inopportuns.

Sommes-nous condamnés à répéter sempiternellement les mêmes erreurs ?

Au-delà de l'erreur commune, l'affirmation selon laquelle l'avocat de DSK, Benjamin Brafman, avait défendu Michael Jackson en 2005 dans le cadre de l'affaire Arvizo et lui avait permis d'être innocenté (que l'on peut facilement balayer, Michael Jackson l'ayant congédié en avril 2004 avant d'engager Thomas Mesereau), ce sont sur les sous-entendus, bien plus graves et récurrents ces jours derniers, de culpabilité présumée que je souhaite m'appesantir ici.

Les immondes ragots dont Michael Jackson a souffert toute sa vie et ont toute vraisemblance conduit à sa mort prématurée. Les calomnies qu'il a dû subir, les moqueries dont il a été la victime, la distraction médiatique qu'il était devenu ne semblent visiblement pas suffisantes à certains journalistes et animateurs, tous médias confondus.

Les documents démontrant son innocence et les analyses des raisons qui ont poussé ses ennemis à le détruire sont nombreux, sérieux et facilement accessibles. Des ouvrages décortiquant l'affaire dans ses moindres détails ont été publiés, et récemment le Los Angeles Department of Children and Family Services (services sociaux américains) a confirmé que Michael Jackson n'avait jamais commis d'attouchements sur un enfant, affirmation basée sur une enquête approfondie qui a duré une dizaine d'années. Ils ont également précisé que ses accusateurs de 2003 "n'avaient absolument aucune crédibilité", en se basant sur leur passé judiciaire déjà conséquent à l'époque. Qui a suivi un minimum le procès a pu le constater aisément ... sans tenir compte de leurs déclarations délirantes et contradictoires !

Personne n'ignore ce à quoi l'appât du gain, la jalousie et le racisme peuvent conduire, et il est de notoriété publique que nombre des détracteurs de Michael Jackson l'étaient clairement. A commencer par le procureur Tom Sneddon, qui s'était fait un devoir de le poursuivre des années durant, dans une véritable chasse aux sorcières aux besoins de laquelle tous les moyens étaient bons, y compris les plus écœurants, mensonges, manipulation et fabrication de preuves.

Michael Jackson fut au contraire un grand humanitaire, créateur d'une fondation, généreux donateur mais aussi porteur d'un message universel de paix, de tolérance et d'amour dont témoignent ses discours et sa musique.

Il nous faisait part, dans une chanson composée dans les années 90, de sa souffrance face à l'acharnement médiatique dont il fut l'objet toute son existence. En voici quelques extraits ... à bon entendeur.

Tabloid Junkie -Michael Jackson (extraits)

Speculate to break the one you hate / Tu spécules pour briser celui que tu détestes

Circulate the lie you confiscate / Tu fais circuler des mensonges, et tu occultes des choses

Assassinate and mutilate / Tu assassines et tu mutiles

The hounding media in hysteria / Les médias hystériques poursuivent avec acharnement (...)

It's slander / C'est de la calomnie

You say it's not a sword / Tu dis que ce n'est pas un glaive

But with your pen you torture men / Mais avec ton stylo tu tortures un homme

And you don't have to read it / Vous ne devez pas lire ça

And you don't have to eat it / Vous ne devez pas le bouffer

To buy it is to feed it / En achetant ces journaux à scandales, vous les nourrissez

Just because you read it in a magazine / Le fait que tu le lises dans un magazine

Or see it on the TV screen / Ou que tu le voies à la télé

Don't make it factual / Ne veut pas dire que c'est vrai

Though everybody wants to read all about it / Bien que tout le monde ait envie de tout lire à propos de çà (...)

Such false witnesses / Un tel faux témoin

Damn self righteousness / Condamne la justice elle-même

In the black / Dans le noir

Stab me in the back / Poignarde-moi dans le dos

In the face / Dans le visage (...)

With the words you use / Avec les mots que tu utilises

You're a parasite in black and white / Tu es un parasite en noir et blanc

Do anything for news / Tu ne fais rien de bien pour l'information (...)

It's slander / C'est de la calomnie

You say it's not a sin / Tu dis que ce n'est pas un péché

But with your pen you torture men / Mais avec ton stylo tu tortures un homme (...)

You're so damn disrespectable / Tu es si irrespectueux.

§§

Cela fait quelques jours que cette lettre me trotte dans la tête, suite au traitement de "l'affaire DSK" dans les médias, et leurs parallèles réguliers avec "l'affaire Jackson" en 2005...

Vous avez sans doute tous entendu que l'un des avocats de DSK était Benjamin Brafman, présenté par les journalistes comme l'avocat "des causes désespérées", ajoutant derrière que c'est lui qui a évité la prison à Michael Jackson...
Les fans savent parfaitement que l'avocat de Michael Jackson en 2005 s'appelle Thomas Mesereau, qu'il n'a pas "évité la prison" à son client mais qu'il a su prouver que les accusateurs mentaient, que cette accusation n'était basée que sur une histoire d'extorsion de fonds, et que Michael Jackson était TOTALEMENT INNOCENT. C'est d'ailleurs le verdict du jury: innocent de tous les chefs d'inculpation ! Là encore, les journalistes feraient bien de s'en souvenir, et d'éviter définitivement de traiter Michael Jackson de pédophile ! (N'est-ce pas Pierre Benichou !?)

Oui tous les fans savent cela, mais pas le grand public. Et le grand public a droit à une totale désinformation concernant l'avocat de DSK. Malheureusement le grand public a aussi tendance à croire les médias sur parole: si la presse le dit, c'est forcément vrai ! Et bien non, si la presse le dit, c'est qu'elle fait très mal son boulot ou qu'elle désinforme volontairement pour créer des parallèles entre deux affaires qui n'ont pas lieu d'être. Non Benjamin Brafman ne s'est pas occupé de Michael Jackson en 2005, ni en 2004. Il a tout juste eu le temps d'ouvrir le dossier qu'il a été viré par Michael Jackson pour laisser place à Thomas Mesereau.

Aujourd'hui grâce à internet, les médias ne sont plus rois. Le "quatrième pouvoir" s'effrite. Le public est moins dupe, il s'informe autrement. Parfois même, il va chercher les sources que les médias n'ont pas pris la peine de citer. Pourtant la presse continue de colporter ses rumeurs, et cela fonctionne encore sur une partie de leur audience.

Personnellement, j'en ai plus qu'assez de lire des énormités, d'entendre tout et n'importe quoi, et de voir des gens crédules avaler les couleuvres des médias !! Je sais que je suis loin d'être la seule et j'espère que cette lettre ouverte saura exprimer ce que de nombreuses personnes ressentent actuellement.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

cela fait une semaine que "l'affaire DSK" a démarré, et cela fait une semaine que vous provoquez la colère et le dégoût de vos lecteurs/téléspectateurs.
Nous assistons depuis une semaine à un lynchage médiatique qui en rappelle d'autres (un autre surtout...), vous outrepassez la présomption d'innocence auquel tout accusé a droit. Mais alors qu'une partie d'entre vous agit de cette manière, une autre partie prend désespérément fait et cause pour DSK sans même penser qu'il y a également une présumée victime. Vous ne respectez pas la neutralité à laquelle votre métier vous oblige pourtant. Vous n'êtes pas là pour juger ou pour donner votre avis, votre travail est d'informer sur des faits, et uniquement des faits.

Finalement vous nous faites une belle démonstration que vous ne méritez en aucun cas vos cartes de presse.

Mais il n'y a rien de bien nouveau, n'est-ce pas ? Déjà en 2005, puisque vous aimez ce parallèle, vous aviez jugé et comdamné un homme avant même que son procès ait commencé... A cette époque, vous n'aviez pas été choqués le moins du monde par les images d'un homme menotté arrivant au tribunal. Bien sûr que non, il était plus rentable pour vous et vos patrons de parler de Wacko Jacko, le monstre pédophile plutôt que de regarder les faits et rien que les faits. Vous vous êtes gargarisés de longs articles en Une sur une déviance sexuelle perverse, et vous n'avez écrit que quelques lignes en bas de page sur un verdict qui lavait Michael Jackson de tout soupçon.
Aujourd'hui, votre attitude n'a nullement changé: vous jugez déjà un homme sans preuves, ou vous traitez une femme de menteuse sans preuves également.

Dois-je vous rappeler la déontologie du journaliste ? Il semblerait que oui, et pourtant je ne suis qu'une blogueuse qui n'a jamais exercé cette profession.

Déontologie du journaliste:

"À la différence de professions indépendantes comme les médecins, l'éthique du journalisme concerne en grande partie des salariés. Elle ne bénéficie pas d'un code de déontologie ayant force de contrainte, mais rep...ose sur deux textes approuvés en 1918 et 1971 par des syndicats de salariés (pigistes ou mensualisés), ou sur des chartes rédigées par les employeurs, entreprise par entreprise.

Ces règles s'appliquent à la mission du journaliste (le devoir d'informer, le respect du lecteur, l'intérêt public, le droit de savoir) et définissent sa crédibilité (indépendance à l'égard des pouvoirs politiques et économiques, respect de la vie privée, protection des sources). Elles sont fondées sur deux principes fondamentaux : la responsabilité sociale et la véracité, c'est-à-dire l'intention de ne point tromper ses lecteurs."

Vous avez donc le devoir d'INFORMER, pas de donner votre avis ou d'émettre un jugement !
L'indépendance à l'égard des pouvoirs politiques et économiques... alors là... je rigole ! On sait tous que la presse n'a plus aucune indépendance à l'égard des pouvoirs politiques !
Le respect de la vie privée: savez-vous encore ce que ces mots signifient ?
Mais enfin et surtout la VERACITE ! Tout le contraire de la désinformation il me semble...

Et pourtant, dans TOUS les médias depuis une semaine, Benjamin Brafman, avocat de DSK, est présenté comme l'avocat, entre autres, de Michael Jackson en 2004/2005 (même l'année, vous ne vous en souvenez plus toujours...).

Vous avez pourtant suivi de près ce procès, vous savez parfaitement que l'avocat ayant défendu Michael Jackson s'appelle Thomas Mesereau. Vous ne devez pas ignorer que Benjamin Brafman ne s'est occupé de ce dossier que très peu de temps avant d'être remplacé, et qu'il n'a jamais plaidé pendant le procès. Quel est donc l'intérêt d'associer son nom à celui de Michael Jackson aujourd'hui ? Le nom de Michael Jackson fait vendre d'une part, mais aucune utilité présentement car DSK fait largement vendre. Mais d'autre part c'est le moyen pour vous d'insinuer que le même avocat s'occupe de deux affaires de moeurs peu recommandables... Or, c'est faux puisque l'avocat n'est pas le même. Mais cela vous arrange bien de faire croire le contraire. Vous n'avez jamais digéré de voir un homme innocenté alors que vous l'aviez jugé et condamné avant même le début du procès.

Je pourrai ainsi continuer longtemps sur le sujet de la véracité. Qui a inventé les caméras dans le couloir de l'hôtel Sofitel (où l'on aurait vu la victime s'enfuir et DSK prendre la fuite) alors qu'elles n'existent pas ? Qui a dit que l'homme qui prend la défense de la présumée victime était son frère alors qu'il s'avère que ce n'est qu'un ami ? Quelles sont les sources si ce ne sont celles de votre imagination débordante afin d'orienter et de manipuler l'opinion publique ??

Où est donc le principe fondamental de véracité dans tout cela ? On se le demande...

Votre déontologie a-t-elle changé ces dernières années ? A-t-elle pour principes fondamentaux le "buzz", l'argent, le scandale ?
A priori oui, et c'est pourquoi j'ose dire que vous ne méritez pas vos cartes de presse.

J'aimerais maintenant consacrer un paragraphe spécial à Pierre Benichou, valable pour tous les journalistes qui se permettent encore de traiter Michael Jackson de pédophile.
Monsieur Benichou, dans l'émission "Langues de bois s'abstenir" diffusée le 18 mai sur Direct8, vous avez eu cette phrase indigne d'un journaliste qui se respecte: " Oui mais Michael Jackson, à mon avis c'était un pédophile !".
Monsieur Benichou, peut-on savoir sur quels faits vous basez votre "avis" ? Vous êtes bien journaliste, donc on ne vous demande pas votre avis, on vous demande d'informer. On vous demande de vous baser sur des faits. On vous demande de rester neutre et de laisser le public se faire sa propre opinion. On ne vous demande pas de désinformer, on ne vous demande pas de diffamer alors qu'un verdict a été rendu. On ne vous demande pas de manipuler l'opinion publique. Faites votre métier tel qu'il doit être fait, et si vous n'en êtes pas capable, prenez votre retraite ! A votre âge, vous avez suffisamment cotisé...

Mesdames et Messieurs les journalistes, vous faites un métier que je respecte, mais la manière dont vous l'exercez est tout sauf respectable ! Je ne terminerai donc pas cette lettre ouverte par les politesses d'usage.
Soph, blogueuse en colère.


À consulter cet article aussi : http://humanite.fr/17_05_2011-dsk-n’est-pas-michael-jackson-472371
[b]




source: Le Post




avatar
Mikelle
Administrateur

Féminin Messages : 4693
Age : 46
Localisation : aupres des étoiles

http://michaeljacksonlovem.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: "I love the fans from the bottom of my heart"

Message par Queen-Of-Pop le Dim 22 Mai - 14:31

Holala Keep the Faith... Juste MA chanson préférée ^^
avatar
Queen-Of-Pop
membre dauphin

Féminin Messages : 11
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum